Musique
Kendrick Lamar revient avec « The Heart Part 5 »

Kendrick Lamar revient avec « The Heart Part 5 »

10 mai 2022 | PAR Zoe Grandjacques

Après quatre ans d’absence Kendrick Lamar est revenu hier avec the Heart part 5, un nouveau single accompagné d’un clip vidéo saisissant. Utilisant la technique du deep fake, il incarne sur fond de Marvin Gaye tour à tour plusieurs personnalités afro-américaines avec comme message « I am. All of us ». C’est un aperçu qui annonce que du bon pour son prochain album, Mr Morale & the Big Steppers, qui sortira ce vendredi.

Un retour en force et aux sources

L’auteur de Damn (2017) avait disparu depuis 2018, après sa participation dans la bande originale de Black Panthers. Alors que ses fans désespéraient, il avait annoncé mi-avril son retour, avec un projet énigmatique. 

On ne change pas les bonnes habitudes, pour préparer la sortie de ce projet, il sort « the Heart Part V », cinquième volet d’une série de singles dans lesquels l’artiste parle librement et laisse entrevoir les sonorités de son album à venir. Sur fond de Marvin Gaye (« I want you« ), le rappeur de Los Angeles signe un retour magistral. Et Kendrick Lamar, récompensé par le prix Pulitzer pour ses textes et sa musique « capturant la complexité de la vie moderne des afro-américains » reste fidèle à lui même. Que ce soit le sample à peine changé, ou la cover qui entremêle les mains des personnalités qu’il incarne dans son clip, elle-même inspirée par Black Messiah de D’angelo, Kendrick s’ancre dans une dynamique d’inspiration et d’hommage à la culture afro-américaine. 

 

Une histoire de perspectives

« As I get a little older, I realize life is perspective and my perspective may differ from yours » (En grandissant, je réalise que la vie est question de perspective et que ma perspective peut être différente de la votre.)

Et en ce qui concerne le clip, tout est question de maîtrise, maîtrise artistique, maîtrise technique, maîtrise conceptuelle. Rien d’extravagant, le californien est face camera, en tee-shirt blanc avec un foulard. Mais au fil du clip il utilise la technique du Deep fake  pour faire évoluer son visage, une sorte de « Black or white » moderne. Après un message d’ouverture « I am. All of us. (« Je suis. Nous tous. »), il devient successivement Kanye West, Jussie Smollett, Will Smith, Kobe Bryant et finalement Nipsey Hussle, incarnant avec leur visage leur perspective d’une manière fascinante.  

Si certaines de ces personnalités sont controversées, comme Jussie Smollett condamné pour avoir mis en scène une agression raciste et homophobe dont il se disait victime, le propos est d’incarner ces personnalités et leur histoire tourmentée pour porter un propos social sur le racisme, la pauvreté et le cercle de la violence.

Pour la postérité

Le morceau et le clip se terminent sur une note émouvante, « take the drums out » et l’instru devient plus discrète pour laisser place à un hommage pour le rappeur et ami de Kendrick, Nipsey Hussle. Après avoir consacré sa vie au rap et œuvré pour son quartier, ouvrant des magasins à petit prix, créant des bourses pour les élèves précaires, ce dernier a été assassiné. C’était il y a 2 ans alors qu’il allait rencontrer politiques et forces de l’ordre pour discuter d’un plan de prévention contre les violences de gang. Kendrick l’incarne pour terminer le morceau, il lui fait porter un message politique fort encourageant les jeunes générations à continuer sa mission. À 34 ans et quatorze Grammy awards, le rappeur prouve à nouveau son talent et sa place immuable dans le hip-hop. Vivement vendredi.

© The heart part five cover, Aftermath/Interscope Records

A Lyon, le festival « En actes » devient « Les contemporaines »
Des arbres et des hommes
Zoe Grandjacques

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture