Rap / Hip-Hop
Il y a un Oups dans le Damn de Kendrick

Il y a un Oups dans le Damn de Kendrick

24 avril 2017 | PAR Antoine Couder


Entêtant, embêtant, formidable et dérangeant, le nouvel album de Kendrick Lamar n’est finalement un problème que pour les journalistes.

S’il fallait résumer l’histoire, elle tiendrait en quelques mots. Il est clair que Lamar est super sincère, qu’il est brillant, qu’il signe une production impeccable, plus subtile encore qu’elle n’y paraît à la première écoute (le magnifique Element, avec J.Blake, la soul vipérine de The Alchemist sur Fear). Et, en même temps, Kendrick ne prend pas le moindre risque, ce petit risque que ne cessent de prendre quelques autres, les Anderson Paak, Mac Miller, GoldLink, Nao, Childish Gambino.

Alors, cet entre-deux donne des choses merveilleuses comme ce Loyalty qui fait passer Rihanna pour un diamant de 20 carats, comme si moins + moins donnaient effectivement un gros Plus. Mais on sent bien qu’avec Damm on est aussi dans l’errance (Pride) et qu’il suffit de réécouter le Good kid M.A.A.D city sorti en 2012 pour comprendre que le compte n’y est pas, comme si l’artiste était coincé dans sa séquence Obama (l’assassinat du jeune Trayvon Martin par un policier dans la banlieue d’Orlando) alors que l’esprit du hip-hop semble s’envoler sur des territoires plus oniriques (cf. Future), finalement un peu déconnecté du propos social qui reste celui de cet album.
Reste l’indescriptible, soit une impossibilité à “ne pas aimer” ce qui entre nous est un sentiment forcément décalé et de ce fait agréable. Damn, c’est loin d’être la passion, juste un amour flottant et attendri, presque parental… Notre petit Kendrick tellement célèbre, tellement de pression… On lui pardonne presque d’être bien en dessous du niveau lorsqu’il rameute Zacari pour Love, lorsqu’on sait de quoi ces deux-là sont capables. Du coup, voilà, on va télécharger cet album, parce qu’il le vaut bien.

Plus pop, plus facile à suivre que son opus précédent (l’intraduisible “pimp a butterfly”), Damn. semble ramasser les forces contradictoires qui animent son auteur afin de ne rien perdre de l’histoire de ce qui peut apparaître un peu opportuniste, un coup je fais un morceau pour la radio, un coup pour les oreilles fines des studios… Au final, beaucoup d’argent et beaucoup de gens pour chaque morceau. D’où le oups dans le Damn. Kendrick tu le refais encore… Tu vaux mieux que ça quand même, non ? Et, ainsi de suite. Des histoires de réseaux sociaux qui n’intéressent pas grand monde et surtout pas ceux et celles qui comprennent ce que Lamar raconte et qui reste pour le coup toujours aussi palpitant.

“Damn.” Kendrick Lamar, 2017 Top Dawg Entertainment/Aftermath Entertainment/Interscope records
Couder&Kouder

Clap yours hands 7 – Jens Leckman comme au premier jour
« Aurore »: Critique du film – Rencontre avec Agnès Jaoui et la réalisatrice Blandine Lenoir
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Castor Astral, 2020)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *