Théâtre
A Lyon, le festival « En actes » devient « Les contemporaines »

A Lyon, le festival « En actes » devient « Les contemporaines »

10 mai 2022 | PAR David Rofé-Sarfati

Créé en octobre 2014 sous forme d’une édition mensuelle, transformée en une session annuelle en 2017, le festival voulu par Maxime Mansion, en partenariat avec la SACD, les tréteaux de France, le TNP de Villeurbanne et l’Ensatt se consolide un peu plus cette année encore avec de nouveaux partenariats.

Le Festival EN ACTE(S) et les Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre (JLAT) s’associent pour ce temps dédié aux écritures dramatiques francophones sous le nom : Les Contemporaines. A ces deux collectifs viennent s’agréger l’équipe du Lundi en coulisse dont l’objectif est d’accompagner les autrices dramatiques dans toutes les dimensions de leur métier. Le Théâtre National Populaire offre les murs du Petit Théâtre. Le Théâtre de la Croix-Rousse soutient et programme la création jeune-public EN ACTE(S), écrite avec des enfants de l’école Germaine Tillion à Lyon. Le Théâtre Nouvelle Génération – CDN de Lyon accueille un Lundi en coulisse spécifique.

Un studieux enthousiasme

L’esprit de la programmation consiste à offrir un espace d’accueil adapté. Le dispositif imaginé par Maxime Mansion énonce la primauté de l’auteur sur le metteur en scène et le comédien, du texte avant la mise en espace, de l’auteur avant même le texte. Ainsi par un pari risqué, le festival remet sa programmation entre les mains d’auteurs de théâtre pour des textes à écrire. Chaque texte est écrit dans une période courte de quatre mois et donne lieu à seulement douze jours de répétition en vue de deux dates de représentation. Un metteur en scène rejoint le projet durant le work-in-process. Le festival ajoute ainsi une autre vertu, celle de faire advenir des rencontres nouvelles, des synergies imprévues.

Nous avons assisté à la programmation du 7 mai. Le public est majoritairement jeune et se signale par une qualité d’écoute. La plupart des spectateurs choisissent l’ensemble du parcours, soit en cette journée ensoleillée du samedi une suite de quatre propositions très différentes. 

Un ventre bleu de Haila Hessou, mise en scène par Laurent Cogez

copyright Emile Zeizig.

L’histoire est savoureuse et rafraîchissante. Le capitaine Achab, Pinocchio et Jonas sont dans le ventre d’une baleine, depuis longtemps, peut-être depuis toujours. Leur horloge semble figée tandis que la petite fille, qui vit avec eux, grandit de jour en jour. Ballottée entre une jambe d’ivoire, un nez de bois et des larmes de crocodile, entre la colère, l’insouciance et le doute, elle essaye par tous les moyens de s’en aller. Et il y a aussi la femme qui raconte cette histoire, mais ça n’a rien à voir du moins c’est elle qui le dit. La plume est poétique, trempée dans l’enfance. Par petites touches tendres et délicates, il s’agit de partager un chemin d’émancipation d’un adulte en devenir, une route d’affranchissement aux forces qui toujours aliènent et empêchent. Sans emphase et sans prétention, ce conte est merveilleux autant que sa morale. 

Se plier de Aicha Euze mise en scène par Gabrielle Alarçòn Fuentes

Étrangeté de la programmation décidément plurielle, alors que Les contemporaines épousent la modernité, Aicha Euze déploie une apologie de l’émancipation des femmes par le port du voile et par une pratique fervente de la religion. Dans le style sec de la proclamation, ce manifeste d’aumônier peu convaincant se finit par une eucharistie qui interroge.

Maintenant ou jamais de Cédric Mabudu mise en scène Eric Delphin Kwégoué

copyright Emile Zeizig.

Une femme, une fée est coincée tel un personnage de Beckett dans son grand seau baignoire. Nous sommes dans un quartier que l’État du Bénin aurait vendu ou offert aux forces armées. C’est le couvre-feu et le quartier est fermé. Les quelques habitants qui restent de ce quartier sont sous l’emprise des dirigeants du pays. Lassés de cette situation, assoiffés de liberté et vivant dans la peur de perdre tous leurs biens, ils décident de mettre fin à cette emprise. Ils prennent alors le risque d’avoir recours à leur dernière arme : réveiller quelques anciens militaires morts à la guerre. Un projet qui profitera bien à une femme remplie d’espoir. Le texte est merveilleux entre le rêve enfantin et le réalisme. Nous voyageons au sein d’un conte fantastique et tout à fait bouleversant. 

Aimer en stéréo de Gaelle Bien-Aimé mise en scène par Marion Levêque

copyright Emile Zeizig.

En Haïti, la radio raconte le pays car tous écoutent constamment une des centaines de stations. Tout au long de la journée, les voix radiophoniques diffusent l’intense, l’espérance et l’absurde. Clermesine laisse sa radio constamment allumée. Seule avec ses guerres perdues et sa rage de vivre. Elle est désormais loin d’un pays pour lequel elle s’est battue. Un pays qu’elle a emballé dans le peu de choses qu’elle pouvait emporter avec elle. Vacillant entre colère et nostalgie, elle s’accroche aux sons, aux odeurs et au rêve de liberté. Toutefois elle va devoir s’inventer une autre vie et conserver son pays dans un poème en chantier, un poème-mémoire, un poème-éternité. La force du texte réside dans son apparente banalité. Les poncifs deviennent nouveauté. L’ordinaire se mue en émotion. Gaëlle Bien-Aimé se confirme comme une très grande autrice de théâtre. La mise en scène de Marion Levêque adhère à l’intention. Les deux comédiennes nous envahissent de tendresse. 

 

Ainsi, le festival pour son édition 2022, reste un émerveillement de découverte autour de textes modernes défendus par des comédiens et comédiennes formidables. Maxime Mansion et son projet auront traversé les années Covid avec force et fortune. 

 

Les contemporaines 

Du 2 au 14 mai 2022 au Théâtre National Populaire, au Théâtre de la Croix-Rousse et au Théâtre Nouvelle Génération !
Il regroupe le Festival EN ACTE(S) et Les Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre qui s’associent pour donner encore plus de force aux écritures d’aujourd’hui !

9 créations En Acte(s) dont 1 Jeune public, 4 lectures JLAT et 1 pièce jeune public, 1 concours d’écriture dramatique francophone, 1 salon du livre, 1 speed lecture, et des rendez-vous professionnels…

visuel Affiche

L’avantage du doute : encore, plus, partout, et même jusqu’au Paradis blanc
Kendrick Lamar revient avec « The Heart Part 5 »
David Rofé-Sarfati
David Rofé-Sarfati est Psychanalyste, membre praticien d'Espace Analytique. Il se passionne pour le théâtre et anime un collectif de psychanalystes autour de l'art dramatique www.LautreScene.org. Il est membre de l'APCTMD, association de la Critique, collège Théâtre.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture