Musique

Le Festival d’Ile de France : des mondes et merveilles à découvrir

Le Festival d’Ile de France : des mondes et merveilles à découvrir

19 août 2011 | PAR Tristan Karache-Prudent

Le festival d’Ile de France propose chaque année aux mois de septembre et d’octobre la possibilité de découvrir des artistes dans différents lieux histoire de s’aérer la tête pour la rentrée. Cette année une trentaine de concerts aux styles variés comme du baroque, du contemporain, des musiques du monde ou encore du Jazz avec la série Factory sont programmés.

Depuis le début, ce festival fait coïncider lieux exceptionnels du patrimoine français et musique pour une découverte tout aussi bien visuelle qu’auditive du visiteur. On pourra voir ainsi performer des artistes sur des scènes très connues tel que le pavillon Baltard à Nogent, patrimoine oblige,  le musée national de Port-Royal des Champs à Magny-Les -Hameaux. Chaque année de nouveaux lieux  sont ajoutés  pour le plus grand plaisir des visiteurs.

A chaque édition, le festival accueille entre 20 000 et 25 000 spectateurs. Fortement soutenu par la Région Ile de France et par les conseils généraux de chaque département qui la compose, ce festival prend peu à peu sa place dans l’univers parisien et proche banlieue. Hormis le souhait de faire découvrir au public de nouveaux groupes et de nouveaux lieux, c’est aussi l’occasion de rencontrer et partager un moment convivial et culturel avec d’autres résidents.

Cette année les organisateurs ont choisi comme fil du programme « la croisée des mondes », faisant se  croiser et s’entrecroiser des sujets comme la vie et la mort, le visible et l’invisible et caetera. De la mythologie au monde virtuel en passant par les formes de vies extraterrestres, on sent une réelle envie de faire découvrir mais aussi de pousser à la réflexion l’auditoire.

Parmi la trentaine de concert, plusieurs groupes se détachent comme Goran Bergovic avec sa musique tzigane fleuretant avec le rock bulgare. Accompagné par l’orchestre des Mariages et des Enterrements, il laissera libre court à sa folie et présentera son remix version gitan de Carmen de Bizet. Son dernier album Alkohol est une ode au liquide de feu qu’il avoue consommer uniquement sur scène mais qui dans son pays est indissociable avec la musique. Il sera au cirque d’hiver Bouglione à Paris le 23,24 et 25 septembre.

Univers totalement différent, le Cinémonstre d’Enki Bilal présente son monde où il imbrique images et sons apocalyptiques. Pour tous ceux qui voudrait faire ce voyage des sens, il pose une condition « Oubliez votre esprit cartésien, laissez vous porter par les images et les sons ! ». Dans le genre déconcertant, cette création risque dans laisser plus d’un baba. L’artiste et son spectacle au-delà des frontières du réel sera le samedi 1er octobre dans la salle Paul B à Massy.

Après un « Alice au pays des merveilles » totalement décalé et déroutant que Tim Burton a revisité en image, c’est au tour d’Ibrahim Maalouf et Oxmo Puccino accompagné par des chœurs et un orchestre de s’attaquer au chef d’œuvre de Lewis Carroll. Adaptation du livre, chaque chapitre inséré dans une chanson décrit le monde insensé et fabuleux dans laquelle la petite Alice évolue. Spécialement réalisé pour le festival d’île de France, ce monde entre réel et irréel sera joué et chanté le samedi 8 octobre au sein de l’Académie Fratellini à Saint-Denis la Plaine.

 

Le voyageur Jean Rolin part à la découverte de L.A dans Le Ravissement de Britney Spears
Pieds nus traverser mon coeur , Michèle Guigon transperce le vôtre au Lucernaire
Tristan Karache-Prudent

2 thoughts on “Le Festival d’Ile de France : des mondes et merveilles à découvrir”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *