Musique

La dernière playlist de l’année

La dernière playlist de l’année

16 décembre 2018 | PAR Antoine Couder

Cette semaine, Tierra Whack, Jeremie Whistler, Dj Koze (feat. Roísín Murphy), Ninja Cyborg et, évidemment, Vegedream.

 

Fruit salad — Tierra Whack

Classé 9ème dans la revue des 50 meilleurs disques 2018 par Pitchfork, ce « monde » qui surgit brutalement, tapant un peu sur tout ce qui bouge (Whack World — titre de l’album) se distingue par le fait qu’il aligne quinze chansons de chacune une minute, toutes plus malines et expérimentales les unes que les autres. Rap ou pop rap comme ce Fruit salad, la demoiselle réveille le son de Philadelphie sans se départir de sa franche originalité. Whack comme inattendu et toujours surprenant.

 

Illumination — DJ Koze (feat.Roisin Murphy)  

On passe directement à la 3ème place de ce même classement pour saluer la performance de ce «Knock Knock» concocté par le DJ allemand dans un village paumé d’Espagne loin des « désespérantes big cities où l’on tente de faire de la cool music». Parfaite digestion des courants les plus dynamiques de la musique actuelle, Koze pose son dance-floor dans un monde parallèle, presque métaphysique, ici avec l’ex Moloko Roisin Murphy qui démontre une fois de plus sa capacité à fasciner les foules.

 

The sunny road — Ninja cyborg  

Retour à la dure réalité, cette violente agitation des grandes villes justement fantasmée ici par un duo installé en Pyrénées qui affiche son amour des synthés analogiques dans un clip conçu en Stop motion pour nous balader dans ce qui pourrait être un jeu vidéo vintage trempé dans l’huile des scénarios polars de la fin du XXème siècle. On connaît la formule mais il faut bien l’admettre : ce genre de son fait dorénavant partie du paysage musical contemporain.

Smoke signal — Jeremie Whistler    

Petite pause mélodique dans le fracas mécanico-électronique avec cet Alsacien aux commandes d’à peu près tout ce que l’on peut voir et entendre ici et dans un album à paraître, en février. Inspiré de la mélancolie planante et rigoureuse d’un James Blake, Whistler bat lentement les grandes ailes que lui donne sa voix pour un vol en suspension entre orchestrations presque symphoniques et musique électronique. À suivre.

Ramenez la coupe à la maison — Vegedream    

Bon, il y a bien longtemps qu’on aurait dû présenter cette petite blague de réseaux sociaux et ses millions de vus parce que 1 — tellement simple dans cette façon de citer et d’évoquer les qualités des joueurs et de caresser l’effet de liesse nationale, 2 — tellement évident que de jouer sur la subtile resynthétisation de la voix qui réveille le rythme basique et tropical d’une France qu’on sort essentiellement en fin de semaine et durant les jours de victoire sportive. 3— tellement imparable de regarder sa vidéo retweeté et rechantée par les machines à influencer que sont les joueurs de l’équipe de France. CQFD : Vegedream n’a sans doute pas fait d’école de commerce mais il peut sans problème exiger un poste de professeur honoraire.


 

 

 

 

 

Avec « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares », Radu Jude affronte les négationnistes au Panorama du cinéma roumain
Monsieur de Rohena Gena : Les castes 2.0
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », une autofiction portée par l’histoire de la musique enregistrée qui a été sélectionnée pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique, entendue au sens de l’écoute et de l’inspiration qu’elle procure. Il écrit actuellement une fiction anthropologique se déroulant entre l’Allemagne, la Suisse et la France.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *