Musique

La contrebasse, monologue à corde sensible

24 mars 2010 | PAR Marie Lesbats

Présentée au MC93 de Bobigny, cette mise en scène de Natascha Rudolf  donne à voir la saisissante rencontre entre le comédien Hubertus Biermann et le texte de Patrick Süskind. Une envolée poétique bercée par la gravité vibrante d’une contrebasse.

Un espace rogné évoquant l’étroitesse d’un appartement.
Un appartement au décor minimaliste, où chaque objet tient sa place.
Un objet surtout. Volumineux. Une contrebasse. Il est l’engin fétichisé du protagoniste, il édifie l’entière existence de celui-ci, un homme ordinaire, à la vie brisée par les expériences et la solitude. Stigmate de tout son être, sa contrebasse l’étouffe, l’isole, l’obsède. Notre fonctionnaire de 45 ans aux manies névrotiques ne sait s’il doit l’adorer, la haïr, l’idolâtrer ou la détruire. Elle compromet ses aventures sentimentales, les observe, les jalouse. Elle lui dévore ses ambitions et se prononce en son nom, car « c’est que son instrument, la contrebasse, est le centre de l’orchestre ». Dans cette entreprise, Hubertus Biermann est juste. Dramatique.

Poignant d’authenticité, jonglant avec les émotions, il enrichit le monologue de Süskind d’un inimitable accent allemand et impose un corps sèchement musculeux, un look de rocker dépenaillé et alcoolisé, un visage émacié rappelant vaguement les autoportraits du peintre Lucian Freud. Il prend le spectateur par la main, l’initie à ses voyages intérieurs, lui confie ses doutes, ses rêves, ses bouleversements, ses chants les plus intimes.
Par instants, l’incarnation du comédien est transcendée par l’alchimie qui se crée à la rencontre du musicien et de sa contrebasse. Une occasion d’embarquer à leurs côtés dans la chaloupe des sentiments, un peu à l’image de ce fil mouvant où sont suspendus une multitude de cintres. Une myriade de cintres pour une infinité de possibles et un thème central : la musique.

« La contrebasse » au MC93 de Bobigny, jusqu’au 28 mars, du lundi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h30, relâche les mercredis et jeudis, durée 1h45. MC 93 : 1 boulevard Lénine 93000 Bobigny, M° Bobigny Pablo Picasso.
01 41 60 72 72.


LA CONTREBASSE – SUSKIND – RUDOLF – BIERMANN – MC93 BOBIGNY
envoyé par MC93Bobigny. – Regardez plus de courts métrages.

crédits photo : Dan Aucante

Stéphane Guillon sacrifié sur l’autel du politiquement correct ?
La tête de l’homme de Florence Pazzottu à la Maison de la Poésie
Marie Lesbats

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *