Le Buzz

Stéphane Guillon sacrifié sur l’autel du politiquement correct ?

24 mars 2010 | PAR Gary Serverian

Sa chronique consacrée lundi 22 mars au ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale n’est pas passée. Depuis la polémique fait rage.

On le disait sur siège éjectable. Il semblerait que la situation de Stéphane Guillon sur France Inter se soit encore un peu plus fragilisée. A cause de sa chronique consacrée à Eric Besson, l’humoriste s’est attiré les foudres de sa direction. Lancé dans une caricature du ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale, il accuse ce dernier d’agir en tant que « taupe » lepéniste ayant infiltré le PS puis l’UMP. Implicitement Guillon reproche à Besson d’avoir ravivé la flamme du Front National. Notamment avec le sulfureux débat sur l’identité nationale. Dés lors la polémique bat son plein.

Invité, sur France Inter, dans l’émission de Nicolas Demorand, le ministre s’empresse de réagir. Il n’a pas écouté la chronique mais on lui a rapporté certains propos par le biais de textos. Visiblement choqué, Eric Besson dénonce ce qu’il considère comme une dérive. Dérive qui s’inscrit dans la continuité d’une précédente chronique de l’humoriste qu’il avait trouvé « raciste ». « Raciste », selon lui, car elle évoquait son supposé « mariage gris ». Il appelle en outre France Inter à prendre ses responsabilités pour que cessent les « amalgames » et les « anachronismes ».

Et la réaction de la radio ne s’est pas fait attendre. Mardi, Radio France par la voix de son président, Jean-Luc Hess, présente ses excuses au ministre. Sans pour autant émettre de critiques sur le fond, ce dernier regrette certaines formules qui lui semblent « peu conformes aux valeurs du service public ». Il fait ainsi référence aux « yeux de fouine » décrits par Stéphane Guillon. Mais pour l’humoriste ces attaques sur le physique ne sont pas choquantes dans la mesure où Plantu, dans ses dessins humoristiques, met sur papier ce qu’il pourrait dire derrière un micro, sans pour autant s’attirer les foudres de la gente politique.

Pour Nicolas Demorand aussi, Stéphane Guillon n’a pas dépassé les limites. La caricature humoristique étant un exercice de style qui a droit de cité sur Radio France. Et très logiquement l’animateur a ouvert son micro à Eric Besson pour qu’il exerce son droit de réponse. De son côté le ministre persiste et signe, estimant que l’humoriste utilise des « méthodes de facho, déguisées derrière un look bobo et un prêt-à-penser supposé gaucho ». Décidément très remonté dans ce qu’il convient désormais d’appeller l' »affaire Guillon », le ministre l’est un peu moins lorsqu’il s’agit d’évoquer les propos tenus par Eric Zemmour dans l’émission Salut les terriens le 6 mars dernier. Y aurait-il deux poids, deux mesures ? Une chose est sûre, si Stéphane Guillon veut conserver sa place sur France Inter, il devrait donner à ses chroniques des accents plus politiquement corrects.

Chronique de Stéphane Guillon du lundi 22 mars.

Festival Europavox : un programme de choix
La contrebasse, monologue à corde sensible
Gary Serverian

19 thoughts on “Stéphane Guillon sacrifié sur l’autel du politiquement correct ?”

Commentaire(s)

  • Balthazar

    Deux poids deux mesures, Zemmour qui justifie le contrôle au faciès, la discrimination à l’emabauche, un sous-statut des femmes , c’est de la liberté d’expression, on s’en fout il ne s’attaque qu’aux arabes, noirs et les femmes.
    Dieudonné et guillon les humoristes, il faut les interner car ils s’attaquent aux puissants.

    mars 24, 2010 at 14 h 20 min
  • soler

    Si il est viré de France Inter ,je jure de ne plus écouter cette radio et j invite tous ceux qui partagent mon point de vue à en faire autant…

    mars 24, 2010 at 14 h 28 min
  • il faut virer se mec qui est vraiment con est bete vulgaire

    mars 24, 2010 at 14 h 42 min
  • un anti sarko il as jamais demandais au socialiste le sang contaminer viens de qui des socialistes ou tout as etais etouffer

    mars 24, 2010 at 14 h 43 min
  • Au vu de l’orthographe et de la syntaxe de ceux qui attaquent Guillon ici, c’est certain que son humour, c’est trop pour eux, qu’ils en restent à Bigard…

    mars 24, 2010 at 14 h 51 min
  • on l attaque car il est bete vulgaire mechant

    mars 24, 2010 at 15 h 02 min
  • comment en vouloir à stéphane, moi je ne peux pas, il faut absolument garder des hommes comme cela, il dit tout haut ce que beaucouppensent tout bas, il a raison cet homme, cet eric besson qui a tourné sa veste plus vite que certains pendant la guerre 39, le prénom d’éric doit être prémonitoire, voyez zemmour, tous à mettre dans le meme sac et les jeter dans le fleuve…………… pauvre fleuve, les jeter où…… grosse question, les mettre avec le FN et les faire bruler, mais de grace laissez nous stéphane on y tient….. courage stéphane nous sommes avec toi, meme les mamies…… bof c est pas top, mais vrai, nous t’aimons

    mars 24, 2010 at 15 h 14 min
  • oui vous avez raison il dit de connerie j aime pas les gens qui ne cesse que de critiquer la droite qu il parle un peux des socialiste beaucoup sont mort as cause deux le san g contaminer c est eux je l heure pardonnerais jamais alors qui l critique tout le monde mais pas qun partis

    mars 24, 2010 at 15 h 20 min
  • Popeye du 13

    Bravo à  » Valdo  » pour sa juste appréciation et je n’en dirai pas plus …

    mars 24, 2010 at 15 h 28 min
  • bill totor

    Le problème ce n’est pas ce que dit guillon, le problème c’est que pour un humoriste il n’est pas drôle et n’a pas de talent… alors s’il n’est pas humoriste qu’est-il pour détenir le droit de s’exprimer à un micro tous les matins ?????

    mars 24, 2010 at 15 h 29 min
  • fran

    Guillon a décrit Besson comme étant un ami de Jean-Marie le Pen, lui même dépeint comme adorateur d’Adolf Hitler; comme étant aussi un nostalgique de la « gégène » (moyen de torture tristement utilisé par l’armée française pendant la guerre d’Algérie, je ne suis pas sûr à la lecture des commentaires que chacun ait compris la violence de l’allusion).
    Quand on accuse quelqu’un d’être un sympathisant de torture et de génocide, à moins que ce ne soit fait dans un cadre légal, preuves à l’appui cela s’appelle tout simplement une injure.
    Et heureusement notre droit protège chaque français contre les violences, qu’elle soit physique ou verbale (injures). Une telle violence mérite simplement le passage devant les tribunaux.

    mars 24, 2010 at 15 h 43 min
  • A bill totor : s’il fallait être compétent et réel connaisseur pour parler, croyez bien qu’on entendrait siffler le vent sur toutes les radios et télés et que les journaux se ratatineraient à trois pages. En soi, ce ne serait pas une mauvaise chose… La démocratie se corrompt dans la démagogie – c’est pas bien neuf et c’est même inhérent à la démocratie… – et elle est salie par les médiocres qui parlent partout sur tout et ne connaissent rien à rien. Le Guillon n’a rien de nocif dans ce grand cirque de l’imbécillité des médias. Il n’est pas le plus dangereux et il est même plutôt sain de désacraliser tous les fâcheux qui se prennent trop au sérieux sans réaliser les dégâts qu’ils engendrent – qu’ils soient de l’UMP, du FN ou du PS (ou autres). En l’espèce, sauf erreur de ma part, c’est quand même bien l’UMP qui domine le débat politique national depuis 2002. Quant au PS, qui à part ses caciques et ses militants, les prend encore au sérieux?

    mars 24, 2010 at 17 h 33 min
  • Si, il est vraiment outrageant, Guillon. Pourquoi s’acharner contre ces pauvres petits bêtes que sont les fouines en les comparant à Besson? Vous avez déjà vu une fouine expulser un Afghan, vous?

    mars 24, 2010 at 20 h 34 min
  • le vanjeur masquai

    Bohnert il a supère rézon, sé propo respire l’intailligance hin!

    mars 24, 2010 at 23 h 03 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *