Musique
La 20e édition du festival EXIT en avril à la Maison des arts de Créteil

La 20e édition du festival EXIT en avril à la Maison des arts de Créteil

17 mars 2013 | PAR Christophe Candoni

Du 4 au 14 avril, l’incontournable festival Exit emballe la Maison des arts de Créteil avec ses atours aussi branchés que séduisants et toujours à la pointe de la modernité et de l’innovation. Multilinguiste, multidisciplinaire, l’art vivant sous ses formes les plus variées, qu’elles soient plastiques et scéniques, se tourne vers le présent.

Les nombreux spectateurs de la MAC commenceront par se frayer un chemin à travers les étonnantes installations qui investiront les vastes espaces publics transformés en parcelles de natures interactives ou en laboratoires scientifiques et les autres surprises contenues dans l’exposition « Natures artificielles » qui présente les œuvres de plus de 27 artistes ou collectifs internationaux et « autant de visions originales d’un réel transfiguré par une époque mutante où l’homme joue de son emprise ambiguë » annonce le programme.

Ce parcours conçu comme un voyage poétique et spirituel mènera les spectateurs aux portes des salles où se produiront deux artistes phares et habitués de la maison. Ivo van Hove présentera un nouveau programme Ingmar Bergman monté à partir de « Après la répétition » et « Persona », deux textes scénaristiques du réalisateur suédois que l’on attend avec impatience après les fulgurantes réussites qu’ont été ses adaptations de « Cris et chuchotements » et de « Scènes de la vie conjugale » , toutes deux reçues par la MAC. Le metteur en scène flamand et directeur du Toneelgroep Amsterdam poursuit ainsi son travail à la lisière du théâtre et du cinéma en revisitant et portant sur scènes des films mythiques comme « Théorème » de Pasolini ou bien  « Opening night » de Cassavetes que nous ne manquerons pas lors de sa prochaine reprise au Grand T à Nantes et dont nous rendrons compte sur toutelaculture.com.

La chorégraphe argentine et berlinoise d’adoption Constanza Macras qui interrogeait les névroses urbaines dans « Berlin Elsewhere« , sa dernière création présentée à la MAC, revient à cette édition avec sa compagnie DorkyPark pour explorer cette fois les vies des communautés roms aujourd’hui en Europe dans « Open for everything » sur des danses, performances et musiques tziganes des Roms de Hongrie, Tchécoslovaquie et Slovaquie. En danse, voyez aussi le « Talking Head » du chorégraphe autrichien Chris Haring et « Grind » de Jefta van Dinther qui promet de troubler votre perception du réel et du virtuel.

La performance robotique et immersive de Projet Eva, l’expérience numérique et hybride de Gaybird, et l’humour inclassable du performer londonien Brian Lobel sont aussi au programme de cette vingtième édition d’Exit à la MAC.

 

Visuel : Pierre-Laurent Cassière / The Blue Ray (There)

Le déjeuner sur l’herbe d’Isabelle Gil
Monki : la griffe suédoise débarque à Paris
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *