Jazz
Two Roses, le concert événement d’Avishai Cohen à la Seine Musicale

Two Roses, le concert événement d’Avishai Cohen à la Seine Musicale

19 février 2022 | PAR Geraldine Elbaz

Le 17 février 2022, La Seine Musicale programmait un concert symphonique d’envergure avec Avishai Cohen au chant et à la contrebasse, Elchin Shirinov au piano, Roni Kaspi à la batterie et Bastien Stil à la direction d’orchestre. Une merveilleuse soirée, sous le signe de la virtuosité et de l’enchantement.

Auteur, compositeur, contrebassiste, chanteur, Avishai Cohen nous fascine et nous fait voyager loin avec sa musique. Two Roses, son dernier album, n’échappe pas à la règle. Pensées à une échelle spatiale supérieure, étoffées de cordes, de cuivres, de bois, de percussions, les compositions inspirées de l’artiste israélien diffusent une sorte de magie et atteignent le public en plein cœur. 

Sur une scène inondée de faisceaux lumineux colorés, l’Orchestre national d’Île-de-France dirigé par le fantastique Bastien Stil démarre les festivités avec Noam et Hayo Hayta. On se laisse immédiatement porter par les lignes mélodiques, à la fois douces et puissantes. On est littéralement happé dans un climat onirique envoûtant. Quelle belle introduction avant l’arrivée du contrebassiste, qui nous plonge définitivement dans l’univers poétique de Two Roses. 

Song for my brother et Puncha Puncha entrainent l’auditoire vers des contrées musicales éclatantes, aux rythmes syncopés. Nous oscillons entre flottement et méditation. Quand Avishai chante, nous entrons dans une nouvelle dimension, presque spirituelle. A Child is Born nous évoque une douceur voluptueuse et nous nous laissons bercer par le chant enivrant des instruments.

La scène incandescente rougeoie avec ferveur avant de passer au bleu intense. Les variations chromatiques accompagnent les musiciens dans leur élan formidable et les subliment. Entre deux morceaux, Avishai Cohen explique l’histoire de ses compositions, partage quelques anecdotes et évoque sa fille qui l’a inspiré pour Almah Sleeping. Dans sa musique, l’amour est partout : The greatest thing you’ll ever learn is just to love and be loved in return. Nature Boy n’est pas un choix anodin. 

Quand il prend le micro pour présenter ses musiciens, le contrebassiste virtuose ne tarit pas d’éloges sur eux. C’est largement mérité, si l’on se réfère ne serait-ce qu’à l’étincelant duo piano/batterie auquel nous assistons en fin de concert entre Elchin Shirinov et Roni Kaspi. Comment décrire ce crescendo formidable qui nous a maintenu pendant de longues minutes en apnée ? 

C’est un public en feu qui acclame les artistes avec une fougue rare jusqu’à l’apothéose finale : Seven Seas provoque une réaction impétueuse viscérale. Dès les premières notes jouées, le public vibre à l’unisson et exprime sa joie. La rythmique et les accords répétitifs provoquent une tension phénoménale. Un fil imaginaire se tend et l’on se sent comme pris dans un champs magnétique. Le moment est à la fois intense, généreux et lunaire.

Pour cloturer la soirée, Remembering nous enveloppera de beauté et de douceur. Les notes délicates et subtiles seront presque chuchotées comme un secret confié au creux de l’oreille. 

Une soirée exceptionnelle.

Visuel : (c) GE

An evening with Avishai Cohen – Two Roses, à la Seine Musicale

Orchestre national d’Île-de-France

Bastien Stil, direction

Avishai Cohen, contrebasse, chant

Elchin Shirinov, piano

Roni Kaspi, batterie

Le 17 février 2022 à 20h30

Charles Ray, monumental et décalé au Centre Pompidou
Manon ou la magie d’une représentation unique à l’Opéra de Paris
Geraldine Elbaz
Passionnée de théâtre, de musique et de littérature, cinéphile aussi, Géraldine Elbaz est curieuse, enthousiaste et parfois… critique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture