Jazz
[Live report] Jazz sur Seine : Vincent Peirani au Duc des Lombards

[Live report] Jazz sur Seine : Vincent Peirani au Duc des Lombards

24 octobre 2013 | PAR Delphine Habert


 

 

L’accordéoniste très sollicité sur la scène internationale, entre autres par Youn Sun Nah, Renaud Garcia Fons, ou encore Sansévérino, revenait pour présenter son nouveau projet Living Being au Duc des Lombards ce mardi 22 octobre dans le cadre du festival Jazz sur Seine.

[rating=3.5]

Après un premier set à 20h, le quintet monte à nouveau sur scène à 22h10 pour clôturer la soirée du Duc. La salle comble attend Vincent Peirani avec hâte. Le concert débute par une valse, « parce que c’est quand même un concert avec de l’accordéon », nous précise le sideman avec un ton amusant et amusé. On voit déjà le sourire aux lèvres de l’accordéoniste et sa bonne humeur se dégager. Sa valse commence sobrement, avec ce son cristallin évoquant la chute lente de gouttes d’eau. Puis son goût des changements brutaux de rythmique prend le dessus, virant presque au burlesque. L’accordéon s’érige tantôt en klaxon de camion, tantôt en complainte. On retrouve également le thème de la fête foraine, tout cela dans un contexte jazzy et avec un son toujours très net.

Après cette belle entrée en matière, les musiciens entonnent des compositions aux structures multiples et complexes. Certaines partent d’un son lointain, quasi sourd, puis montent en puissance au fur et à mesure pour nous entrainer dans un tourbillon de couleurs musicales, toujours avec humour et douceur. C’est le cas entre autres de la pièce Presque-ballade, un titre soi-disant « peu original » mais très largement sublimé par son fond musical. D’autres pièces sont servies par la virtuosité des musiciens, notamment la composition Hypnotic, où après un long moment de jeu à l’unisson entre le Fender Rhodes et l’accordéon, le saxophoniste ténor Emile Parisien prend le dessus et nous embarque dans son univers. Le jeu de Vincent Peirani surprend ensuite, par sa célérité et sa contemporanéité.

Le concert, avant d’être musical, est surtout sonore. Le quintet utilise tout ce qui est en sa possession pour reproduire des bruits de la vie quotidienne. La ritournelle évoquant la complainte qui émane de l’accordéon dans sa composition Some Monk est un bon exemple. Dans cette pièce, le grincement des cordes de la guitare rappelle les bruits sourds de la ville. L’artiste joue également avec la ressemblance des timbres du saxophone et de l’accordéon, deux instruments qui arrivent même à ne faire plus qu’un à la fin du morceau.

Ce qui se détache aussi, en dehors de l’aspect sonore, ce sont les changements de rythme, souvent brutaux, ainsi que les variations inattendues de mode. Cela apporte à la musique ce côté enjoué, décalé et burlesque que les spectateurs semblent avoir apprécié. La diversité des styles sert aussi le concert : on passe du monde de l’enfance avec Air Song, à la ballade jazzy, en passant par la valse, puis la musique des Balkans.

Deux reprises de standards de jazz ponctuent les compositions de l’accordéoniste mais n’empêchent pas une interprétation subtile et originale du groupe : on retrouve Played Twice et We see de Thelonious Monk dans le morceau Some Monk puis le standard Dancers in Love de Duke Ellington.

Le concert s’achève sur une touche musicale aux couleurs de la Macédoine, avec le bis Balkanski Cocek. Un petit bijou de virtuosité qui ponctue ce voyage musical entrainant et détendant.

Pour profiter de la toute fin du festival Jazz sur Seine, vous pouvez jeter un coup d’œil sur le site officiel. On vous invite aussi à consulter le programme du Duc des Lombards.

Vincent Peirani (Accordéon)
Tony Paeleman (Fender Rhodes)
Julien Herné (Basse)
Yoann Serra (Batterie)
Emile Parisien (Saxo)

© Jean-Baptiste Millot

[Chronique] « Les Amants Parallèles » de Vincent Delerm : mélodieux et mélancolique
Astérix est partout par Toutatis !
Delphine Habert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *