Musique
Jazz in Marciac 2011 : l’année des rencontres

Jazz in Marciac 2011 : l’année des rencontres

20 juillet 2011 | PAR Neil Saidi

Cette année encore, l’équipe du festival Jazz in Marciac n’a pas lésiné sur la programmation. A l’occasion de cette 34ème édition, les plus grands noms de la scène jazz internationale passeront, le temps d’une journée ou plus, par cette petite bastide fondée au XIIIème siècle, et dont la population ne dépasse pas les douze-cents habitants.

Créé en 1978 à l’initiative d’une poignée d’amateurs, le festival, d’abord axé sur le jazz traditionnel, accueille autour de Claude Luter des formations de style Nouvelle-Orléans avant d’étendre sa durée et de diversifier sa formule sous l’impulsion d’un infatigable animateur, Jean-Louis Guilhaumon, principal du collège local et stratège avisé d’une équipe de bénévoles de plus en plus nombreuse.

Ce 34ème millésime verra se réaliser de nombreuses rencontres. Tout d’abord le camerounais Richard Bona et l’argentin Raul Midon pour la soirée inaugurale. Mais aussi Joshua Redman et Brad Mehldau, Michel Camilo et Chucho Valdes, Al Di Meola et Gonzalo Rubalcaba, Dave Douglas et Enrico Rava, John Scofield et Mulgrew Miller, Chick Corea et Jean-Luc Ponty, et surtout, rencontre historique qui risque de rester gravée dans les annales, l’invitation lancée par Ahmad Jamal à Yusef Lateef, qui justifie à elle seule le déplacement.

Marciac accueillera également de jeunes talents, les pianistes Tigran Hamasyan, Harold Lopez Nussa, Hiromi et Jonathan Batiste, ou encore le jeune saxophoniste Francesco Cafiso. Du côté des vocalistes, Marciac reçoit cette année le célèbre Al Jarreau, mais aussi Dianne Reeves, Robin McKelle, Roberta Gambarini, Leny Andrade ainsi que la chanteuse coréenne Youn Sun Nah.

Pour consulter la programmation complète du festival avec les dates des concerts, cliquez ici.

Vous pourrez suivre en direct l’actualité du festival sur Toutelaculture.com

 

Pierre Seghers : Poésie, la vie entière, très belle exposition au musée du Montparnasse
Franz Stangl et moi de Dominique Sigaud : la journaliste et la mort
Neil Saidi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *