Electro

Une seconde édition du Paco Tyson qui a fait vibrer Nantes  !

Une seconde édition du Paco Tyson qui a fait vibrer Nantes !

30 avril 2018 | PAR Enora Le Goff

Retour du nouveau festival de musiques électroniques en terre nantaises ces vendredi 27 et samedi 28 avril. Après une 1ère édition marquante, Paco Tyson revient avec une programmation exceptionnelle.

Fort de son succès en 2017, le petit nouveau sur la carte des festivals électro réouvre ses trois chapiteaux pour accueillir des grands noms. Sur le site Chantrerie Grandes Ecoles, entre Nantes et Carquefou, se sont retrouvés l’espace de deux soirées des têtes d’affiches internationales, nationales et locales, pour le plus grand bonheur des festivaliers. Les organisateurs, qui tiennent à mettre sous la lumière toutes les musiques électroniques, de la house au hardcore en passant par la techno ou la transe, ont mobilisé pas moins de 70 techniciens pendant plusieurs jours pour accueillir les fêtards dans les meilleures conditions. Proche de l’esprit du brestois Astropolis, le Paco Tyson propose un line-up impressionnant et prouve que la cité des Ducs a réellement besoin de ce gros festival de printemps.

Pour l’occasion étaient proposées la location de van 8 places, pour désengorger les navettes gratuites et les bus municipaux. On a retrouvé l’ambiance détendue et agréable, renforcée par l’atmosphère colorée et festive des chapiteaux de cirque, des projections de lumière psychédéliques au sol signées Diazzo, et des scénographies impressionnantes, dont la cage de néons de la scène hardcore.

Laurent Garnier, héros des platines françaises a électrisé le vendredi soir, suivi par Ricardo Villalobos, mastodonte berlinois de l’electro dont les venues en France se font rares, donc précieuses. Un vendredi complet pour une programmation de feu, qui fait se rapprocher le festival de l’objectif de fréquentation de 20 000 personnes.

Ellen Allien Djette allemande multigénérationnelle qui mène l’écurie BPTICH CONTROL et qui a assuré une partie du samedi pour un set de techno froide et efficace, suivie par Robert Hood sur la grande scène, venu de Detroit pour un set enflammé.

La fermeture des bars à 4h, soit 2 heures avant la fin des concerts reste cependant un des gros point faible de cette édition. Le festival qui veut promouvoir des artistes et des produits locaux a pourtant abandonné la bière de la brasserie du Bouffay proposée l’année dernière pour l’Heineken. En espérant que l’année prochaine apporte de nouvelles têtes d’affiches de cette envergure, sans pour autant perdre son ambition de mettre en valeur les artistes locaux, volonté qui fait son charme et son originalité.

Suite à ces deux soirées de festival payantes, Paco Tyson a aussi proposé le dimanche un closing gratuit au Warehouse, de 16h à 2h afin de finir en beauté ces trois jours de festivités musicales qui ont marqué le paysage électro nantais.

Salomé Vincent & Enora Le Goff

Visuels (c) : affiche du festival, site officiel de Diazzo, Villa Schweppes.

L’Histoire du soldat revisitée à Lyon
Playlist partenaire – Papillons 2 Nuit
Enora Le Goff

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *