Classique

ONPL : Création pour un virtuose

ONPL : Création pour un virtuose

14 décembre 2019 | PAR Sarah Reiffers

L’Orchestre National des Pays de la Loire, sous la baguette de Pascal Rophé et accompagné du violoniste Renaud Capuçon, a proposé avec « Création pour un virtuose » un programme mêlant modernité et habileté qui ravit et enchante. 

Bravant le vent et la grève, les Angevins et l’Orchestre National des Pays de la Loire se sont retrouvés jeudi dernier par passion pour la musique. Et pour la virtuosité, au cœur d’un programme qui a dû être modifié à la dernière minute : faute d’avoir pu répéter à cause de la grève, l’Orchestre a remplacé Le chant du rossignol de Stravinski par L’Apprenti sorcier de Paul Dukas. On le sait, l’ONPL et son directeur musical, Pascal Rophé, attachent la plus grande importance à (et excellent dans) la précision et le souci du détail. Et on ne peut que s’en réjouir, quand on découvre, soirée après soirée, la qualité de ses concerts.

Jeudi donc, Debussy a ouvert le bal avec son célèbre et délicat Prélude à l’après-midi d’un faune, inspiré et adapté d’un poème de Mallarmé. Debussy travailla pendant deux ans à la création de ces dix minutes de musique très riches, où les sons s’éparpillent et se croisent. La partition a souvent été comparée à la manière des peintres impressionnistes (Debussy trouvait le terme « impressionnisme » inadapté, et lui préférait le mot « réalité »).

C’est un autre éparpillement sonore que nous a ensuite proposé le compositeur suisse Michael Jarrell. Son Concerto pour violon et orchestre est une commande de l’ONPL et du Suntory Hall de Tokyo (la première mondiale a eu lieu à Tokyo en août dernier). Michael Jarrell compose ses concertos pour un artiste précis. Après Hae-Sun Kang ou Isabelle Faust, son dévolu est tombé sur le violoniste Renaud Capuçon. Parfois dynamique, parfois frisant le silence, cette surprenante création, qui pourrait aisément trouver sa place dans un film d’horreur, convoque une succession et des irruptions de sons qui requièrent, justement, toute la précision de l’orchestre aussi bien que du soliste. Chaleureusement applaudi par le public, Renaud Capuçon s’est ensuite discrètement glissé dans l’orchestre pour l’enjoué et casse-cou L’Apprenti sorcier de Dukas.

Visuel : Simon Fowler

 

5×2 places à gagner pour l’Oye et La Rose de Noël à l’Opéra de Limoges le 22 décembre à 15h.
Radicalité, élégance et emphase pour l’Orchestre Régional Avignon Provence
Sarah Reiffers

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *