Classique
Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle : un duo de pianistes épatants offrent un avant goût de Piano-Piano, à Rungis

Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle : un duo de pianistes épatants offrent un avant goût de Piano-Piano, à Rungis

07 octobre 2019 | PAR Jules Bois

Dans le cadre du futur festival de Rungis, Piano-Piano, qui s’organisera autour du répertoire méconnu pour deux pianos, le duo de pianistes Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle proposaient un concert de lancement, avant goût de l’évènement qui se déroulera dans un an.

Dans le théâtre de Rungis, aux dimensions moyennes, mais rempli à craquer, deux pianos face-à-face baignent dans une chaude lumière. Ludmila Berlinskaïa et Arthur Ancelle ont créé leur duo de pianos en 2011. D’origine russe, Ludmila a baigné dès son enfance dans le monde de la musique, son père étant violoncelliste, fondateur du Quatuor Borodine. Elle côtoie notamment Chostakovitch, dont elle deviendra plus tard une spécialiste, ayant joué toute sa musique de chambre, mais rencontre aussi le grand Sviatloslav Richter, qui la considérera comme sa protégée. Son parcours solo est très riche, et est notamment reconnue pour ses performances en musique de chambre. Arthur Ancelle n’est pas en reste. Lauréat de nombreux concours internationaux, et donne des concerts dans toute l’Europe. Il est notamment reconnu pour ses interprétations d’oeuvres contemporaines, ainsi que ses transcription pour piano, dont l’Apprenti Sorcier de Dukas pour piano solo, ou Francesca da Rimini de Tchaïkovski pour deux pianos.

Voir des concerts dédiés au répertoire pour deux pianos n’est pas commun. Mais voir des interprètes de ces pièces être aussi complices l’est encore moins. Loin d’être austère, le duo instaure une ambiance enjouée, par leur jeu impeccable distrait de temps à autres par des regards et gestes espiègles, ainsi qu’une présentation en petits sketchs de chaque pièces jouées. Bach, Mozart, Rachmaninov mais aussi les moins joués Bax et Lutoslawski étaient au programme. L’atmosphère conviviale atteint son comble après l’entracte, lors de l’interprétation du Carnaval des Animaux de Saint-Saëns, avec le texte de Francis Blanche, déclamé par le génial Éric Génovèse, sociétaire de la Comédie-Française. La mise en scène était riche en idées sympathiques à ravir le public, comme des bulles de savon soufflées sur un fond bleu-vert marin pour Aquarium, ou des perruques affriolantes lors du Final. Les musiciens jouaient le jeu, riants eux même et mimant les animaux du festival à chaque mouvement. En bref un très bon moment d’hilarité pour une prestation impeccable, puisque entre plus du superbe duo que composent Ludmila et Arthur, l’orchestre était constitué entre autres par Sarah Nemtanu, premier violon solo de l’Orchestre national de France, et Christian-Pierre La Marca au violoncelle invité en tant que soliste de nombreux orchestres prestigieux.

Le projet du festival Rungis Piano-Piano Festival et Compétition est un projet ambitieux. Mais la ville de Rungis, ses élus et ses acteurs culturels sont déterminés à apporter son soutient au duo qui en est à l’origine. On souhaite que la première édition qui aura lieu en octobre 2020 parvienne à être le reflet de l’excellent duo, à l’approche musicale décomplexée, facétieuse, sans qu’en soient impacté le moins du monde leurs talents d’interprètes.

visuels :
© Ira Polyamaya
© Philippe Stisi

L’agenda classique et lyrique de la semaine du 7 octobre 2018
Le Barbier de Séville à Rouen : une si belle démonstration de l’implacable mécanique de Rossini !
Jules Bois

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *