Classique
L’Orchestre national de Lille ouvre sa saison avec une création mondiale

L’Orchestre national de Lille ouvre sa saison avec une création mondiale

30 septembre 2021 | PAR Victoria Okada

Les 23 et 24 septembre, au Nouveau Siècle a eu lieu l’ouverture de saison de l’Orchestre national de Lille avec un programme dédié à la « Lumière, création et transfiguration ! » comprenant une création du compositeur en résidence Alex Nante, le Concerto pour violoncelle n°1 de Camille Saint-Saëns avec pour soliste Victor-Julien Laferrière et Mort et transfiguration de Richard Strauss. 

Pour son concert d’inauguration de la saison, l’Orchestre national de Lille a proposé une création mondiale, Sinfonia del cuerpo de luz d’Alex Nante. En résidence à l’ONL, le compositeur argentin bâtit sa première œuvre symphonique sur la notion de chakra selon la philosophie traditionnelle indienne.

Les points cardinaux du corps et les éléments de la nature dans ce concept millénaire sont explorés musicalement, avec des timbres et des couleurs orchestraux luxuriants sous la direction de son directeur artistique Alexandre Bloch toujours vif et alerte.

Le chef poursuit son travail de peintre sonore avec le premier Concerto pour violoncelle de Camille Saint-Saëns avec Victor Julien-Laferrière. Profondément investi, le violoncelliste français explore la magnifique sonorité de son instrument avec lequel il fait corps. la Mort et transfiguration de Richard Strauss est une occasion rêvé de voir comment le chef donne la vie à une œuvre symphonique. Ici un tissu sonore épais, là une douceur aérienne, tous les registres orchestraux sont présents avec variété multiple de nuances. L’ONL change ainsi de sonorité, forgé par un travail de fond depuis la nomination d’Alexandre Bloch. 

Pour en savoir plus sur la saison de l’orchestre national de Lille, lisez notre interview d’Alexandre Bloch. 

Lisez notre compte rendu détaillé pour l’ensemble du week-end – l’ONL, l’atelier lyrique de Tourcoing et l’Opéra de Lille – sur vivace-cantabile.com

photo © Ugo Ponte – ONL

Biarritz: « Candela », film noir dans les nuits de Saint-Domingue
Les Océanographes, la bonne pêche d’Émilie Rousset et Louise Hémon au T2G
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture