Classique

[live report] Yoshiki classical tour part 1 au Trianon de Paris : ô temps, suspend ton vol

[live report] Yoshiki classical tour part 1 au Trianon de Paris : ô temps, suspend ton vol

29 mai 2014 | PAR Sandra Bernard

Ce lundi, c’est une foule nombreuse et enjouée qui s’est pressée dans la jolie salle rénovée du Trianon de Paris, pour assister au concert de musique classique de Yoshiki, le célèbre auteur, compositeur et interprète japonais.

yoshiki-classical

Yoshiki, dont la virtuosité de ses envolées lyriques au piano le dispute à la rage et la fureur de sa pratique de la batterie, a sorti en 2013 un album de ses compositions classiques intitulé Yoshiki Classical. C’est dans cette optique qu’il s’est lancé dans une tournée mondiale en compagnie de ses charmantes et talentueuses violonistes.

Après une première partie présentant un condensé de sa carrière de pianiste solo ou comme batteur et leader du fameux groupe X Japan, Yoshiki et son sextate ont interprété une grande partie des compositions présentes sur l’album, ainsi qu’une variation sur le thème principal du lac des Cygnes de Tchaikovsky et, spéciale dédicace à la France, L’hymne à l’Amour d’Edith Piaf (entendu la veille à la radio). Sur l’écran de fond de scène étaient diffusées des vidéos tantôt abstraites de particules virevoltantes au rythme des notes, tantôt des images renvoyant directement à la composition (photographies personnelles, vidéos « archives », extraits de films ou de clips, etc.).

Un silence monacal régnait dans la salle lors des interprétations. Cependant, Yoshiki, maîtrisant parfaitement l’anglais, a pris plaisir à échanger avec le public entre chaque morceau, expliquant le contexte de création comme la disparition de proches, l’anniversaire du règne de l’empereur du Japon, l’implication de son affect, mais également ses actualités telles sa participation à la BO du prochain film Saint Seiya ou encore son travail avec son nouveau groupe Violet UK. Faisant de ce concert un moment vivant d’échange et de partage entre l’artiste, visiblement ému, et ses fans venus parfois de très loin. Notons qu’il s’est même risqué à quelques mots de présentation en français.

La fin du concert a été marquée par la remise de nombreux présents et messages des admirateurs. Et c’est sur l’annonce d’un prochain retour lors d’une tournée mondiale d’X Japan que s’est terminée, dans la liesse, la soirée. Ce concert vivant et intimiste a contrasté par rapport à ceux des formations rock de Yoshiki.

Les finissages de la semaine : derniers jours d’exposition dans plusieurs galeries du Marais
Réédition dvd : « Bunny Lake a disparu » de Otto Preminger sort chez Wildside
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *