Classique

Les disques classiques et lyriques du mois de mai 2019

Les disques classiques et lyriques du mois de mai 2019

31 mai 2019 | PAR Yaël Hirsch

En mai la rédaction a écouté beaucoup de musique qui lui plait. Certains disques sont déjà sortis, d’autres se profilent pour juin et sont à guetter : voici notre sélection…

 

Baroque 

Bach et son temps, vivement baroque. 

Avec le CD Bach & CO, Thibaut de Noally à la direction des Accents propose de nous faire entendre des incontournables de Bach comme les concertos pour violon en Sol et DO mineur, mais les  interprète à un rythme élancé presque italianisant, et les accompagne de pièces de Telemann, Graun, Fasch et Heinichen. Une plongée en douceur et allégresse dans un baroque irrésistible et un album qui s’écoute et se réécoute sans trêve. 

Thibaut de Noally, Les Accents,  CLAIRE SOTTOVIA violon, JEAN BRÉGNAC traverso, EMMANUEL LAPORTE hautbois, SÉBASTIEN MARQ flûte à bec, Bach & CO, Aparté, 1 CD, 70’18, sortie le 21 juin 2019. En concert le 24 août à la Chaise Dieu

 

 

Salieri révolutionnaire : Tarare

Après Les Danaïdes et Les Horaces, Christophe Rousset et ses Talents Lyriques nous restituent le Tarare de Salieri. Composé sur un livret écrit par Beaumarchais (le livret de 300 pages qui vient avec le disque lui rend hommage) et porté par une distribution prestigieuse (Karine Deshayes en Astasie, Cyrille Dubois dans le rôle-titre, Jean-Sébastien Bou, Judith van Wanroij, Enguerrand de Hys…) cet opéra de 1787 met en scène à la fois une intrigue amoureuse et un capitaine et un peuple qui se soulèvent contre un méchant sultan. Les airs et notamment les chœurs des Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles sont superbes.

Christophe Rousset, Les talents Lyriques, Les Chantres du Centre de Musique Baroque de Versailles, Tarare d’Antonio Salieri, 3 CD – livre/disque 300 p., Sortie le 07/06/2019. Les talents lyriques sont le 22 juin à la Seine Musicale.

 

Un saut de face et de siècle avec la Camerata Alma Viva

La formation créée en 2009 par Eric Mouret réunit seize instruments à cordes. Le disque B-Side propose en face 1-A trois divertimenti de Mozart (en ré majeur K. 136, en si b majeur K. 137 et en fa majeur K. 138) et en face B de faire un saut entre les siècles avec une vraie créativité des arrangements : il y a d’abord la Passacaille de Haendel, puis une Valse assez sombre pour les comédiens du compositeur soviétique Dmitry Kabalevsky et enfin l’oeuvre iconique et tzigane du violoniste italien Vittorio Monti Czardas (composée vers 1900). Un mélange réjouissant et vif.

Camerata Alma Viva, B-Side, NoMadMusic / Pias, 1 CD, 46’55. Sortie le 7 juin 2019. En concert au Bal Blomet le 12 juin 2019. 

Musique Française

Berlioz et Fauré par Jean-Paul Fouchécourt

L’élégant ténor français au timbre haut perché se fait accompagner par le quatuor Manfred pour interpréter une version réduite à une voix et 4 instruments des Nuits d’été (1841) d’Hector Berlioz, sur des poèmes de Théophile Gautier. Le résultat est léger comme une plume et précieux, avec un texte qui entre dans le cœur comme un plaidoyer romantique. Après un intermède instrumental avec le très dramatique Quatuor en corde en mi mineur (opus 121, 1923) de Gabriel Fauré, retour à la voix de Focuhécourt pour six mélodies pour voix et quatuor à cordes, toujours de Fauré dont le fameux « Clair de lune » qui donne son titre à l’album. Un voyage sentimental et coloré au cœur de la musique française.

Jean-Paul Fouchécourt, Quatuor Manfred, Clairs de lune, Paraty, 68’42, sortie le 31 mai 2019.

François Meïmoun: portrait de la création

Pianiste, chercheur à l’Ecole des Hautes Etudes et surtout compositeur, élève de Michaël Levinas et d’Allain Gaussin, François Meïmoun propose au Label Triton un album de certaines compositions par leurs interprètes originels. Il y a notamment le sombre Chant de la Création par l’Orchestre National de Bordeaux dirigé par Paul Daniel, l’élégante danse inspirée par Matisse par le pianiste Roger Muraro, deux œuvres inspirées par les danses yiddoishes : La danse du Peyotl et Hora par les deux pianistes Vanessa Wagner et Marie Vermeulin, une oeuvre d’accolades pour alto et piano intense, interprétée par Sylvain Durantel et Emmanuel Christien, et deux quatuors par le Quatuor Ardeo et le Quatuor Tana. Un portrait passionnant d’un compositeur français à peine quadragénaire et qui laisse déjà entendre toute une oeuvre.

François Meïmoun avec :  Roger Muraro, Vanessa Wagner, Marie Vermeulin, Sylvain Durantel, Emmanuel Christien, le Quatuor Ardeo et le Quatuor Tana, Le Chant de la création et autres oeuvres, Triton, 77’33, sortie le 24 mai 2019, 24 euros.

visuels : couvertures d’albums.

« Somnia », l’épique randonnée chorégraphique et shakespearienne d’Anne Teresa et Jolente de Keersmaeker
Nuits Sonores à Lyon : un jeudi en pleine Ascension
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *