Classique
Cinq questions à Véronique Do, la directrice du Festival de Saint-Céré

Cinq questions à Véronique Do, la directrice du Festival de Saint-Céré

15 avril 2022 | PAR Hélène Biard

Alors que l’édition 2022 du Festival se prépare activement, tant à Saint-Céré que dans les différentes compagnies invitées, Véronique Do, la directrice générale du Théâtre de l’usine, auquel le festival est rattaché, nous a accordé une interview pour parler de la programmation de la manifestation.

Bonjour, tout d’abord, je vous remercie de m’accorder cet entretien pour Toutelaculture. Comment avez-vous décidé de programmer une rareté comme La dame blanche ?

Avant de parler de la programmation, je souhaite d’abord aborder le projet mis en place depuis le Festival 2021. En effet, nous avons renouvelé la convention Scène Nationale art en création / art en territoire et, ce, pour une durée de quatre ans de 2021 à 2024 inclus. Cela étant dit Opéra Éclaté a beaucoup œuvré pour faire du Festival ce qu’il est. Le projet artistique et culturel inclut donc le théâtre de l’usine ainsi que les Festivals de Figeac (théâtre) et de Saint-Céré (opéra et opérette). Pour m’aider à la programmation de la saison hivernale du théâtre de l’usine et du Festival de Saint-Céré, je travaille avec un conseiller artistique pour l’opéra et la musique instrumentale : Jean Baptiste Henriat.

En ce qui concerne La dame Blanche (François Adrien Boieldieu [1775-1834]), nous nous sommes rapprochés de la co[opéra]tive, cette association de plusieurs scènes nationales, qui monte des œuvres connues ou non. La co[opéra]tive est une structure intéressante qui est proche de nos valeurs, par exemple, le fait d’irriguer les territoires de culture, de renouveler les répertoires … La production, montée juste avant le confinement, a connu quelques déboires à cause de la crise sanitaire, mais elle a finalement pu être créée et tourner. Nous sommes ravis que cette production s’arrête à Saint-Céré ; et le cadre magique du château de Castelnau Bretenoux s’accorde assez bien à l’histoire de La dame blanche, ce fantôme qui hante un château. La metteuse en scène Louise Vignaud a créé une mise en scène contemporaine, commandé des décors et des costumes modernes (notamment des costumes animaliers) dans le but d’attirer un public nouveau, à commencer par un public familial. Pour cette production il y a vingt et un musiciens, l’orchestre Les Siècles, et quatorze jeunes artistes lyriques.

Et en ce qui concerne Yes !… Et Un soir de réveillon ?

Pour ces deux opérettes, nous avons invité la compagnie Les brigands ; c’est une compagnie de théâtre musical. Nous avons voulu deux spectacles de divertissement dans le but de surprendre le public ; ainsi, Un soir de réveillon sera donné dans la salle du bistrot et le public aura quelques surprises. Et Yes ! sera présenté dans la grande salle du théâtre de l’usine. Avec ces deux œuvres, c’est la fête de la musique et du théâtre qui arrive à Saint-Céré.

Vous avez également programmé une œuvre de Richard Strauss. Pourquoi Don Quixote ?

En ce qui concerne ce programme, c’est une création. Il s’agit d’un mix entre le poème symphonique de Richard Strauss et du livre de Cervantès qui rassemble douze musiciens et le comédien Eliott Jenicaud. Le projet est actuellement en cours de préparation et il est créé spécialement pour le festival de Saint-Céré.

Il y a également les Bachianas Brasileiras ?

C’est une proposition de l’ensemble Les illuminations. En 2020, lors de l’impromptu festival, il y avait eu un concert de violoncelle solo ; c’est à ce moment que nous avons tissé un lien de fidélité et de collaboration active. Cet ensemble à géométrie variable viendra à Saint-Céré sous forme d’un octuor de violoncelle. Les Bachianas Brasileiras (Hector Villa Lobos [1887-1959]) sont la pièce principale du concert, mais il y aura aussi des œuvres de Jean Sébastien Bach, Francis Poulenc, Pierre Boulez et Claude Debussy.

Du côté de la musique instrumentale, on trouve du Beethoven, mais aussi du Dvorak. Pourquoi eux en particulier ?

Pour la musique instrumentale, l’ensemble Ouranos et d’autres ensembles à géométrie variable viendront donner des concerts avec des programmes alliant compositeurs connus du grand public et des compositeurs moins connus. C’est une forme d’appel à la curiosité du public du festival ; et chaque programme sera unique.

Je vous remercie pour votre accueil et pour cette présentation précise de la prochaine édition du festival de Saint-Céré. Et nous attendons désormais le Festival avec impatience.

Visuel : © Nelly Blaya

Le programme complet de l’édition 2022 du festival de Saint-Céré est consultable ici.

Rodolphe Dana : « voir des spectacles c’est aussi renouer avec le présent »
Agenda du weekend du 16 avril
Hélène Biard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture