Classique

[Chronique] « Chopin Etc. » de Michal Kwiatkowski : une virtuosité onirique

[Chronique] « Chopin Etc. » de Michal Kwiatkowski : une virtuosité onirique

28 janvier 2015 | PAR Prescillia Rodax

Un an après avoir joué le spectacle Chopin Etc. sur la scène du Théâtre Les Déchargeurs, Michal Kwiatkowski réunit désormais les titres de son émouvant piano-voix dans son nouvel album, également intitulé Chopin Etc.

[rating=4]

Sortie de l’ambiance feutrée et intime du Théâtre Les Déchargeurs, la voix de Michal n’en perd pas moins cette émotion singulière qui la caractérise. Grave, profonde, mais surtout sensible, elle nous transporte dans l’intimité de Frédéric Chopin à travers des morceaux éclectiques, composés de reprises et de titres originaux. Et c’est par une musique épurée, teintée de nostalgie et évoquant les amours déchirantes entre Chopin et George Sand que débute l’album. De « Mon Âme » au titre « Le Temps qui court », Michal Kwiatkowski nous entraîne dans cette joyeuse mélancolie, parfois empreinte de tristesse, mais toujours porteuse d’espoir face à ce temps qui reste suspendu, éternel.

Torturé, l’amour est souvent synonyme de souffrance dans ce répertoire classique mais romantique du XIXe siècle. Pourtant, Michal lui donne un second souffle, tendre et passionnel, le temps d’un duo avec Élodie Frégé. Dans « Rien autour », la voix écorchée et sensuelle de la jeune artiste s’empare du morceau, contrastant habilement avec les partitions classiques du virtuose. Mais si dans Chopin Etc. Michal Kwiatkowski ne cesse de nous parler d’amour, c’est pour se fondre encore davantage dans cette douce harmonie, classique et intime qu’il emprunte à Frédéric Chopin, dans un élan mesuré de patriotisme. Les mélodies sont jouées, réinventées et portées par un éclectisme affirmé qui dévoile toute la palette artistique du chanteur-musicien. Faisant le pont entre ses origines et sa terre d’accueil, Michal reprend des chansons françaises telles que « Lemon Incest » de Serge Gainsbourg, ou « Le Temps qui court » d’Alain Chamfort, qu’il mêle à la douceur des musiques polonaises. Et c’est dans cet ailleurs, slave et insouciant, que se dégage toute l’émotion de l’artiste. Un voyage onirique qui confirme l’harmonie de cette rencontre entre Michal et Chopin, de cette osmose entre un artiste de talent et un virtuose de renom.

Michal Kwiatkowski, Chopin Etc., sortie le 26 janvier 2015.

Visuels : © Riad Bedjilali

[Interview] Julien Perez : « Parler de sexualité, c’est important »
[Live Report] Renaud Capuçon et le philharmonique de Radio France dans Dusapin
Prescillia Rodax

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *