Classique
L’agenda classique et lyrique du 20 juillet

L’agenda classique et lyrique du 20 juillet

20 juillet 2021 | PAR Yaël Hirsch

Encore une belle semaine de festivals. Avec l’extension du pass sanitaire aux jauges de plus de 50 personnes, à partir du 21 juillet, ils se recomposent, comme, notamment au Festival Radio France Montpellier, mais les concerts ont lieu… 

Mardi  20  juillet, à partir de 18 h 30, c’est l’ouverture du Festival Debussy d’Argenton-Sur-Creuse, avec une thématique sur le temps et une soirée d’ouverture avec notamment Les Temps modernes de Charlie Chaplin. Pour en savoir plus sur le festival qui fête ses dix ans, lisez notre interview de Clément Sapin.

Mercredi 21 juillet, à 21 h 30, Karol Beffa improvise au piano pour un ciné-concert autour de Paris qui dort de René Clair (1923), à la Monnaie de Paris

Jeudi 22 juillet, à 19 heures, au Théâtre Debussy de Cannes, Benjamin Lévy, Félicien Brut et Thibaut Garcia rendent hommage à Piazzola, avec l’Orchestre de Cannes

Et à 21 heures, c’est l’ouverture du Biarritz Piano Festival, Gare du Midi, avec le duo Thomas Enhco et Vassilena Serafimova dans leur Bach Mirror.  

Vendredi 23 juillet, à 19 heures, s’ouvre le mythique Festival de la Roque d’Anthéron avec un programme 5e Concerto/5e symphonie de Beethoven interprétés par le pianiste Vadym Kholodenko et l’Orchestre de Paris dirigé par Lars Vogt.

Samedi 24 juillet, place à Vladimir Cosma en ouverture du festival 1001 notes, parc du Mazeau à Saint-Priest-Taurion. À 18 heures, c’est piano jazz avec Nicolas Horvath & Laurent Coulondre et à 21 heures, ce seront les plus grands succès de Vladimir Cosma par Vladimir Cosma.

Le même jour, le Quatuor Métamorphoses joue deux fois le Quatuor à cordes n°19 « Les Dissonances » en do majeur de W.A. Mozart et il y a deux moments d’œnologie au Festival des arcs. Concerts à 14 heures et 19 heures.

Le même jour encore, à 20 h 30, dans le cadre du festival Que reste-t-il de nos beaux  jours à l’Opéra de Limoges, a lieu le concert Victoires avec le Quatuor Cambini et la soprano, Judith Van Wanroij.

visuel © Affiche du Festival Debussy 

« C’est pas (que) des salades », c’est pas que du théâtre (c’est d’autres choses bien aussi)
Pass sanitaire et monde culturel : une relation sous haute tension
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture