Classique
Agenda Classique et lyrique de la semaine du 18 février 2020

Agenda Classique et lyrique de la semaine du 18 février 2020

18 février 2020 | PAR Victoria Okada

Chaque semaine, la rédaction de toutelaculture vous fait partager ses coups de cœur et cette semaine, c’est un programme éclectique, mêlant toute forme de musique et qui déborde de nos frontières.

Par Victoria Okada et Paul Fourier.

Mardi 18 février

12h30 à l’Auditorium du Musée d’Orsay, les lauréats de l’Académie Orsay-Royaumont donnent un concert commenté par Christoph Prégardien (ténor) et Ulrich Eisenlohr (piano). Ils seront à la promenade-concert le jeudi 20 février à 18h dans différentes salles du même Musée.

20h au Théâtre des Champs-Élysées, le chef charismatique Yannick Nézet-Séguin dirige son Orchestre Philharmonique de Rotterdam dans la 5e Symphonie de Mahler. The concert must to be.

Mercredi 19 février

20h à l’Auditorium de Radio France, le titulaire de l’orgue de l’auditorium Karol Mossakowski joue en ciné-concert avec le film Les Lois de L’hospitalité de Buster Keaton (1923) présenté par Serge Bromberg.

20h30 au Bal Blomet, le grand violoniste Gérard Poulet présente des sonates russes des XIXe et XXe siècle, avec un clin d’œil : ma sonate n°: 8 de Beethoven dédiée à l’empereur Alexandre 1er de Russie.

20h30 à la Salle Molière à Lyon, le jeune et très talentueux pianiste Sélim Mazali (nommé Révélation aux Victoires de la Musique Classique 2018) donne un récital à un programme haut vol : Beethoven (Variasions), Enesco (Toccata et Pavane) et Prokofiev (Sonate n° 6)

Jeudi 20 février

20h à l’auditorium du Musée d’Orsay, deux professeurs de l’Académie Orsay-Royaumont, Christoph Prégardien (ténor) et Ulrich Eisenlohr (piano), donnent un récital de mélodies et de lieder !

20h à l’Opéra Comique, c’est la première de la Dame Blanche de Boieldieu. Une ombre blanche erre dans un château hanté… De quoi alimenter la fantaisie et l’imagination chez de nombreuses personnes, dont Wagner, Weber, Rossini. Immense succès mondial de son temps, la Dame Blanche est de retour dans les murs du théâtre où elle est née.

Du vendredi 21 au dimanche 23 février

C’est le grand week-end violoncelle au Théâtre des Champs-Élysées ! Truls Molk, Victor Julien-Lafferière, Alexander Kniazev, Pablo Ferrandez, Sheku Kanneh-Mason (dont c’est son premier récital en France) se succèdent avec des partenaires prestigieux.

Dimanche 23 février

11h toujours au Théâtre des Champs-Élysées, la pianiste française d’origine pakistanaise Shani Diluka retrourne à sa source avec des maîtres de musique indienne traditionnelle pour interpréter Beethoven, à l’occasion de la sortie du CD Cosmos. Programme décoiffant !

Lundi 24 février

20h au Théâtre des Champs-Élysées (décidément, le TCE est très actif cette semaine!), la Petite Messe solennelle de Rossini, dans la version avec piano (Tanguy de Williencourt) et harmonium (Bart Rodyns), sera servie par Hasmik Torosyan, Anthea Pichanik, Cyrille Dubois et Daniele Antonangeli, avec le Chœur de la Radio Flamande sous la direction deBart Van Reyn.

20h au Théâtre de l’Athénée, Dame Felicity Lott chante des chansons françaises avec sa diction parfaite ! Dans le cadre des Lundis Musicaux.

20h30 au Théâtre Grévin, le magicien de flûtes François Lazarevitch, en compagnie de Justin Taylor (clavecin) et Lucile Boulanger (viole de gambe) propose des sonates du grand Bach.

20h30 à la Philharmonie, Lang Lang joue le 2e Concerto de Beethoven avec l’Orchestre de Paris qui donnera aussi la 7e Symphonie du même compositeur et l’ouverture de Tannhäuser de Wagner, sous la direction de Christoph Eschenbach.

Hors de nos frontières :

Le 18 février (et jusqu’au 28 mars), à la Monnaie de Bruxelles, c’est le coup d’envoi de la trilogie Mozart – Da Ponte sous la forme d’une unique trilogie narrative. Dirigée par Antonello Manacorda/Ben Glassberg et mise en scène par Clarac-Delœuil > le lab, la trilogie fait se dérouler les récits des Nozze di Figaro, de Così fan tutte et de Don Giovanni le temps d’une journée, au sein d’un même immeuble. Personnages et événements s’y côtoient dans une saga familiale en trois épisodes, riche et actuelle.

Du 19 au 27 février (puis du 17 au 29 avril), cap au sud vers le Liceu de Barcelone pour voir La Clémence de Titus de Mozart (Direction musicale : Philippe Auguin, Mise en scène : David McVicar, avec Myrto Papatanasiu, Anne-Catherine Gillet, Stéphanie d’Oustrac, Paolo Fanale

Les 21 (à 20h), 23 (15h) et 25 février (20h), l’Opéra de Monte-Carlo fait revivre Street Scene de Kurt Weill. cette œuvre à mi-chemin entre l’opéra et la comédie musicale opère la fusion inédite du lyrisme européen – Puccini n’est jamais vraiment loin – avec les rythmes et les danses enfiévrés du Broadway de la grande époque (Direction musicale : Lee Reynolds
Mise en scène : John Fulljames).

Visuel (c) La Dame Blanche 

 

Festival Présences (5) : le Philhar’ à la fête
Laurent Naouri : « la vie c’est l’art des rencontres (*) ».
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *