Classique

Agenda classique et lyrique de la semaine du 11 février

Agenda classique et lyrique de la semaine du 11 février

10 février 2020 | PAR Victoria Okada

Les vacances scolaires ont commencé dans la zone C et le nombre de concerts diminuent quelque peu. Mais leur qualité ne change pas ! La rédaction de TouteLaCulture.com vous donne quelques pistes dans votre choix.

Par Victoria Okada et Paul Fourier

Mardi 11 février

19h30 au théâtre des Champs-Élysées, on fait la fête à Vivaldi et à sa Juditha triumphans (avec Marie-Nicole Lemieux, Ana Maria Labin, Sonia Prina… l’Ensemble Matheus, le Chœur de chambre Mélisme(s) seront dirigés par Jean-Christophe Spinosi)

20h (et jusqu’au 18 février) Eugène Oneguine de Tchaïkovski est à l’Opéra de Marseille (avec Marie-Adeline Henry, Régis Mengus, Thomas Bettinger, Nicolas Courjal …)

20h30 à la Philharmonie, l’Orchestre National du Capitole de Toulouse fait escale à Paris avec son chef Tugan Sokhiev pour interpréter la Deuxième Symphonie de Mahler.

Mercredi 12 février

20h (et du 10 au 14) on suivra les aventures de Beauté, Plaisir, Temps et Désillusion dans Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Georg Friedrich Haendel à l’Opéra de Montpellier (ensemble Les Accents, direction : Thibault Noally)

20h à l’Auditorium de Radio France, le Festival Présences se poursuit avec Pascal Rophé à la tête de l’Orchestre National de France dans un programme George Benjamin, Anderson, Fujikura, Boulez… Le Festival se tient jusqu’au 17 février.

Jeudi 13 février

12h30 à l’Auditorium du Petit Palais à Paris, le duo Maxim Bazerque (saxophone) et Ulysse Le Beuze (piano) s’inspirent de Chopin pour concocter un programme original. Dans le cadre des concerts Jeunes Talents.

20h (et jusqu’au 23 février) à l’Opéra de Lyon, découvrons I Was Looking at the Ceiling and Then I Saw the Sky de John Adams, une œuvre qui s’inscrit à la croisée de l’opéra et de la comédie musicale rock, inspirée des grands concept-albums de la pop des années 60.

20h au Théâtre des Champs-Elysées, le grand violoniste Christian Tetzlaff joue le Concerto de Beethoven en compagnie de Die Deutsche Kammerphilharmonie Bremen dirigé depuis son post du premier violon par Florian Donderer. En deuxième partie, la 7e Symphonie. #LvB250

Vendredi 14 février

20h Annick Massis sera au téléphone au Théâtre du Capitole de Toulouse pour interpréter La voix humaine de Francis Poulenc (avec Antoine Palloc au piano)

20h30 à la Philharmonie, l’opéra culte de George Benjamin, Written on skin, est donné en version de concert avec la mise en espace de D. Ayling. avec Georgia Jarman, Ross Ramgobin

Samedi 15 février

Ce samedi, on peut assister à trois concerts du Festival Présences à l’Auditorium de Radio France. à 16h, l’excellent pianiste Florent Boffard, rompu dans le répertoire des XXe et XXIe siècles, présente un programme savamment construit avec des pièces de Debussy, Stroppa, Chopin, Ligeti, et bien sûr, George Benjamin, compositeur invité de cette édition. Puis, à 18h, le Trio Accanto propose une page de Georges Aperghis et trois œuvres nouvelles dont deux en création mondiale. Enfin, à 20h, Kent Nagano dirige Maîtrise, Chœur et Orchestre Philharmonique de Radio France dans un programme qui relie notamment Olivier Messiaen et l’un de ses plus brillants élèves George Benjamin.

Dimanche 16 février

Toujours à la maison de la Radio, on assiste à 14h30 à un concert « viola, viola » à la gloire de l’alto, avec deux talentueux altistes Adrien La Marca et Sindy Mohamed. A 16h, on retrouve une formation tout à fait inhabituelle pour le Festival Présences : un consort de violes, pour un panorama de la musique anglaise. Le concert de clôture à 18h30 sera mené par le chef Pierre Bleuse avec l’Ensemble Intercontemporain, avec deux créations mondiales et Into the Little Hillconte lyrique de George Benjamin.

Lundi 17 février

A partir de 18h30, attention ! la Femme sans ombre va roder dans le Théâtre des Champs-Elysées ! Sous la direction de Yannick Nezet-Séguin, l’opéra de Strauss en version de concert réunit une équipe artistique exceptionnelle. A ne pas manquer !

20h au Couvent des Récollet, la jeune pianiste marocaine Nour Ayadi, première femme à obtenir le prestigieux Prix Cortot en 2019, donnera un récital attendu dans la série de concerts Les Pianissimes. Au programme : Beethoven, Debussy, Borowski, Schumann.

 

visuel / Il Trionfo del Tempo e del Disinganno de Georg Friedrich Haendel à l’Opéra de Montpellier

Emmanuelle Polack & le musée du Louvre à la recherche des oeuvres d’art spoliées
« Le Regard féminin, Une révolution à l’écran » d’Iris Brey : enquête sur le « female gaze »
Victoria Okada

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *