Chansons
Andréel arbore le désir dans son album « Tu m’apprends »

Andréel arbore le désir dans son album « Tu m’apprends »

10 février 2021 | PAR Kevin Sonsa-Kini

Le chanteur vient de démarrer 2021 par la sortie de son septième album intitulé Tu m’apprends. Un album de désir et d’épanouissement où le chanteur est entouré de femmes tout aussi talentueuses que l’artiste. Toute la culture l’a rencontré dans son studio de répétition et d’enregistrement du 18e arrondissement de Paris. 

C’est chez lui, dans son studio Station Anvers du 18e arrondissement de Paris qu’Andréel nous reçoit autour de ses instruments : guitare, violoncelle … Il en profite même pour jouer un petit A cappella de « Les gens qui chantent », l’une des chansons de l’album et sans doute la plus festive. Le clip peut même en témoigner. 

Pour le titre de son septième album après « L’Étranger » en 2019, Andréel s’est inspiré du livre d’André Gide, Les Nourritures Terrestres (1897). Un ouvrage qui touche particulièrement l’artiste également passionné de littérature. « C’est un livre très poétique. J’aime beaucoup la poésie, exprime le chanteur. Ce livre a plus de 100 ans, mais il reste toujours fort. André Gide était homosexuel, et dans ce livre, il y a des tensions entre le désir homosexuel et la morale qui était refrénée à l’époque. » Au delà de la littérature, Andréel est un chanteur qui « aime avoir tort », d’où le titre de l’album « Tu m’apprends » : « L’idée de « Tu m’apprends », c’est à la fois une posture sociale entre individus et avec les femmes. Ce qui m’intéresse chez elles, c’est à la fois d’apprendre ce qu’elles sont et comment elles vivent. Je ne veux surtout pas être l’homme opprimé par rapport à la femme qui subit. Laissons les gens vivre. » 

Deux actrices, deux chanteuses

Et les femmes justement, elles sont présentes dans l’album d’Andréel. Notamment l’actrice Isild Le Besco qui est à l’origine des deux titres : Mon manque et Pourquoi je te veux, et pour laquelle le chanteur a eu un coup de cœur. « Je voulais lui proposer un duo parce que c’est une actrice que j’adore, exprime Andréel. Elle m’a expliqué que chanter ce n’était pas trop son truc, mais moi j’avais vraiment envie de collaborer avec elle. Elle m’a ensuite montré des textes et m’a proposé de les mettre en musique. » Au final, elles sont quatre à avoir accepté l’invitation du chanteur dans son album : Amandine Bourgeois, Judith Chemla, Natacha Régnier et Lucile Chriqui. Deux actrices, deux chanteuses qui apportent leur patte et leur personnalité. « Elles se sont retrouvées personnellement dans mes chansons, raconte le chanteur. « Une femme épanouie » est une chanson qui parle de la femme à l’âge de quarantaine, d’où le titre de la chanson. Et Natacha [Régnier] m’a dit qu’elle se retrouvait dans cette chanson. »  Dans cet album, les femmes remportent la mise. « Si ça avait été des hommes, ça ressemblerait plus à des duos de potes. Il n’y aurait pas eu la même attraction, le même désir de rencontrer l’autre », estime Andréel. 

Si le premier confinement du printemps 2020 a été propice pour Andréel qui, après avoir enregistré l’album au studio Ferber de Paris, a pu mixer et finaliser la réalisation, le deuxième confinement, marqué entre autres par la fermeture des salles de spectacle, a été cependant plus néfaste. « Je voulais faire un concert de sortie d’album, avance le chanteur. C’est quand-même plus sympa d’avoir un vrai public. Mais là c’est un peu la merde. Ce qui est le plus dur, c’est de ne pas rencontrer du monde. Les gens ont besoin de vibrer d’une façon ou d’une autre. » 

En attendant de « vibrer » sur scène, le public pourra néanmoins s’aérer l’esprit avec l’album d’Andréel. Comme quoi, la musique adoucit les mœurs ! 

Visuels : ©Anaïs Kaël, ©Matthieu Samadet 

Andréel, Tu m’apprends (11 titres) : 1. Tu m’apprends, 2. Je m’oublie (avec Amandine Bourgeois), 3. Mon manque (avec Judith Chemla), 4. Les gens qui chantent, 5. Pourquoi je te veux, 6. Une femme épanouie (avec Natacha Régnier), 7. Boulevard Magenta (avec Lucile Chriqui), 8. Un autre que soi, 9. Le désert m’appelle, 10. Un endroit inconnu, 11. Je suis jaloux. 

Le metteur en scène Kirill Serebrennikov poussé aux portes du théâtre Gogol
L’énergie enivrante d’Akzak a investi la MAC de Créteil
Kevin Sonsa-Kini

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture