Chansons

Alain Souchon entraîne le Palais des Sports sur le chemin de beaux souvenirs chantés

Alain Souchon entraîne le Palais des Sports sur le chemin de beaux souvenirs chantés

19 novembre 2019 | PAR Sarah Dray

Du 14 au 17 novembre 2019, Alain Souchon était à Paris sur la scène du Dôme suite à la sortie le 18 octobre de son album « Ames fifties ». Accompagné de ces quatre musiciens, l’artiste a encore enchanté son fidèle public. Nul doute que sa tournée à travers la France suscitera le même enthousiasme.

 

Alain Souchon sait apparemment soigner son entrée sur scène, c’est qu’il n’en est pas à son coup d’essai. En mode guitare/voix, il commence avec un classique de son répertoire : « Allô maman bobo ». La foule chante avec lui, chacun connait les paroles par cœur.

Il enchaine sur d’autres classiques – « La ballade de Jim », « Le baiser » – qu’il sublime et auxquels il donne une nouvelle vie grâce à ses musiciens et à son énergie. Puis il insère des chansons de son nouvel album « Ames Fifties ». Elles se fondent d’ailleurs parfaitement dans son répertoire et le public les connait déjà très bien.

On voit qu’Alain Souchon aime faire participer son public, les faire chanter, il les fait même reprendre « Belle ile en mer » en clin d’œil à son acolyte Laurent Voulzy. Le public remarquera à la fin du spectacle que l’artiste était spectateur ce soir-là, bien gentiment assis parmi les 4000 personnes venues applaudir Souchon.

Alain Souchon se tient très élégamment derrière son micro, vêtu d’une chemise blanche et d’une veste bleu marine. Presque tout le temps sans guitare il s’accompagne quand même de temps en temps, il passe même derrière le clavier pour une chanson.

Dans son répertoire, Alain a des chansons très entraînantes et d‘autres plus émouvantes, souvent avec des messages politiques, qu’ils soient anti-consuméristes ou écologiques, nous  n’avons pas de mal à entrevoir de quel côté de l’échiquier politique balance son cœur.

La set liste réjouit les fans présents dans la salle. Ils se délectent de chacun des mots chantés, et de chaque mélodie. Le charme opère ce soir-là sous le Dôme…

A la fin du concert, le public manifeste sa joie en s’approchant de la scène pour être au plus près de Souchon. Les salves d’applaudissements sont de plus en plus longues, de plus en plus intenses.

Comme un point d’orgue du spectacle, « Foule Sentimentale » résonne Porte de Versailles, entonnée par tout le public de 7 à 77 ans, et même plus .

Nul doute que cette ferveur donnera à Alain Souchon beaucoup d’énergie pour parcourir la France et aller défendre ses nouveaux titres et ses classiques, que son public a plus que jamais en mémoire.

 

Visuel : pochette de l’album

NOJAZZ nous présente Beautiful Life au Café de la Danse, un nouvel opus qui donne la pêche!
« Visions d’exil » : L’atelier des artistes en exil inaugure le 2ème temps fort du festival
Sarah Dray

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *