Musique

Brad Mehldau fait escale à Pleyel, en duo avec Kevin Hays

Brad Mehldau fait escale à Pleyel, en duo avec Kevin Hays

25 février 2013 | PAR Géraldine Bretault

Après avoir inlassablement écumé les scènes du monde entier au gré de ses inspirations en formation trio, Brad Mehldau fait escale à la salle Pleyel avec un duo – une fois n’est pas coutume. Kevin Hays était à ses côtés ce soir pour interpréter leurs compositions personnelles, des arrangements de pièces de Steve Reich, Philip Glass et Ornette Coleman, ainsi que des compositions du compositeur et arrangeur Patrick Zimmerli.

Deux grands queues Steinway & Sons noirs tête-bêche attendaient patiemment que la salle se remplisse, avant l’entrée en scène de Brad Mahldau et Kevin Hays. À ma gauche, Brad Mehldau, silhouette juvénile poivre et sel, baskets de ville, qui jouera piano ouvert, assis très bas ; à ma droite, même allure décontractée, barbe à la manière du cool newyorkais, mais chaussures de ville, et position haute, droite. Des détails superflus ? Pas seulement, comme nous allons le voir.

Au programme, ils joueront essentiellement des morceaux et improvisations tirés de leur album commun, Modern Music, paru en 2011. Le jeune compositeur Patrick Zimmerli a composé des pièces et arrangé d’autres compositeurs pour les deux pianistes virtuoses. De longs morceaux contemporains, contemplatifs, qui oscillent entre impressionnisme et abstraction.

Dès les premières notes, la profonde entente qui règne entre les musiciens est évidente. Les pianos résonnent comme en symbiose, et pourtant leurs personnalités respectives se distinguent rapidement. Brad Mehldau, qui parcourt les salles du monde entier depuis les années 1990, n’a rien perdu de sa superbe, avec un jeu cristallin qui fait la part belle à la main gauche. Mais là où son partenaire affiche une belle retenue, pratiquant un jeu intériorisé et sobre, Brad recherche l’empathie avec son public, au risque de frôler le maniérisme. Alors que Kevin tourne encore ses partitions à l’ancienne, Brad est déjà passé à la partition numérique sur tablette, et a déjà trouvé comment intégrer une pression de l’index pour tourner la page au milieu des volutes de son jeu de poignets. Kevin Hays a impressionné par sa maîtrise de la mélodie, dont il avait souvent le leadership, face à la rythmique brillante et précise de Brad.

Restent une virtuosité indéniable et de magnifiques transitions dans les nuances, une sensibilité à fleur de peau que nos deux pianistes ont mises à l’épreuve pendant les deux heures du concert. Le public a beaucoup apprécié, et a pu rester pour écouter deux reprises avant un dernier salut. Patrick Zimmerli a également été invité à venir saluer le public sur scène.

 

 

Crédit photographique © Jennifer Taylor

Episode 14 de la Web Serie de Steve Catieau Le prolongement de moi
Blood Lad T3 : explosion démoniaque
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, traductrice et rédactrice dans le secteur culturel, collaboratrice régulière de l'ICOM, des Rencontres d'Arles, de la revue de design Etapes. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France et du Syndicat de la critique de théâtre, musique et danse, elle a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, autour des rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle officiait en tant que Docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art.

Une réflexion sur « Brad Mehldau fait escale à Pleyel, en duo avec Kevin Hays »

Commentaire(s)

  • Je cherche désespérément le premier rappel joué !

    mars 4, 2013 at 13 h 39 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *