Non classé
Lumineuse Bretagne. Yann Kersalé investit l’Espace EDF.

Lumineuse Bretagne. Yann Kersalé investit l’Espace EDF.

02 novembre 2011 | PAR Elodie Rustant

La fondation EDF apporte une fois de plus son soutien à Yann Kersalé en offrant son espace d’exposition comme écrin à la nouvelle création de l’artiste.

Artiste inclassable, Yann Kersalé pourrait s’apparenter à une sorte de magicien de la lumière.
Le travail de la lumière est l’élément phare de l’ensemble de son œuvre. Qu’il décore d’objets lumineux les Salons Baccarat lors des Designers Days en 2010, qu’il tisse un plafond arachnéen au-dessus de la Grand Place de Bruxelles en 2008, ou qu’il habille les jardins du Quai Branly en 2006, toutes ses réalisations sont pensées dans un souci de mise en rapport de l’objet ou du lieu et de la lumière.

« J’installe sur l’objet choisi des lumières artificielles, donnant à voir les présences absentes sous le soleil. L’objet connu se révèle autre. »

L’exposition « Sept fois plus à l’Ouest » est le fruit d’un vaste et ambitieux projet mené au cœur de sa Bretagne natale.
Sept sites sublimes choisis par l’artiste ont successivement été investis au crépuscule et pendant la nuit puis mis en lumière entre juillet et septembre 2011 :
Le Chaos du Diable à Huelgoat, les Alignements de Mégalithes à Carnac, le Radôme de la Cité des Télécoms à Pleumeur-Bodou, Océanopolis à Brest, le Sillon noir à Pleubian, le phare de l’Ile Vierge à Plouguerneau et la ZAC de la Courrouze à Rennes.

Parés de lumière tantôt bleutée pour le Sillon noir et le Phare de l’île Vierge, tantôt orangée pour le Chaos du Diable, les sites ont fait l’objet de captations vidéo et sonores. Ce sont ces captations, cette « matière-lumière », qui sont exposés à Paris sous la forme d’espaces sensoriels.

Le visiteur est invité à évoluer à l’intérieur d’un espace hors temps plongé dans une douce obscurité seulement éclairé par les « black boxes » de l’artiste. Nul sens de visite imposé, la lumière nous guide de manière aléatoire et envoûtante. Perdu dans une succession d’espaces poétiques, on se laisse bercer par le bruit du vent, des vagues et d’autres éléments que l’on ne parvient pas forcément à identifier.
Les captations de l’artiste ne tendent pas à reproduire visuellement les sites bretons, mais davantage à en traduire sensiblement l’ambiance.

La Bretagne, ici sublimée, devient une matière indéfinie étincelante comme dans l’espace « Profondeur de Lames » où l’artiste a réussi un pari fou : donner l’illusion au spectateur d’évoluer sous l’eau.

Une aventure onirique et rare.

Crédits photographiques:

© Yann Kersalé – AIK, Phare de l’Ile Vierge, Plouguerneau, Finistère

© Yann Kersalé – AIK, Prairies sous-marines, Océanopolis, Finistère

Avenue Q, la comédie musicale culte de Broadway arrive à Paris
Conférence : Catastrophes naturelles et gestion du risque au Centre Pompidou le 14 novembre à 19h
Elodie Rustant

One thought on “Lumineuse Bretagne. Yann Kersalé investit l’Espace EDF.”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *