Non classé

Garden Nef Party : Part 1

21 juillet 2009 | PAR Pauline

K-ways, bottes et parapluies, l’attirail du parfait festivalier pour la troisième édition de la Garden Nef Party d’Angoulême. Si le beau temps n’a pas été au rendez-vous ce week-end, le public l’était. Cadre avec vue sur les remparts de la cité médiévale, spécialités régionales (vin, foie gras et fouées) et programmation de haute qualité, la pluie n’a pas réussi à gâcher l’ambiance bon enfant et écolo du petit festival qui monte.

Vendredi soir, départ rock’n’roll mais au ralenti avec Isïa et Stuck In The Sound alors que la majorité du public a préféré se réfugier au bar, attendant que les averses se calment. C’est donc devant un parterre assez réduit que la « fille de » a lancé ses hurlements à la Janis Joplin, pas découragée pour un sou, essayant de réveiller le public avec plus ou moins de succès. Pour Stuck In The Sound, les parapluies ont été ouverts plusieurs fois. Sous une pluie battante, la vue cachée par une rangée de parapluies multicolores, difficile d’apprécier le spectacle.

Mais avec Phoenix, le soleil est revenu ; les fans aussi, plus survoltés que jamais. Cheveux blonds platines, slims et Raybans étaient de mise pour plaire aux Versaillais. Le public hétéroclite, divisé entre midinettes de 15 ans toutes amoureuses du beau chanteur Thomas Mars et les inconditionnels du groupe n’a pas été déçu en entendant des classiques tels que « Run, Run, Run » ou « If I Ever Feel Better » et le nouvel album. phoenix1

On avait peur que Phoenix se prenne au sérieux avec leur Wolfgang Amadeus Phoenix, ce n’était pas le cas. Mais c’était celui de Ghinzu. Arrivée spectaculaire sur la musique de star wars, lunettes noires, costume noir, on n’en attendait pas moins d’eux. Fidèles à leur habitude, les Belges nous ont offert un show impressionnant, mais décevant. Entre un John Stargasm qui interpelle le public par moments en français, par d’autres avec un accent américain et un Greg Rémy la clope au bec, plus préoccupé par ses réglages que son public, on ne peut qu’être mitigé quant à leur prestation. D’autant plus si « Mirror Mirror », leur dernier album, est celui que l’on apprécie le moins. ghinzu

Après une pause bar, passage sur la petite scène avec Blood Red Shoes, programmés entre Ghinzu et Franz Ferdinand, les deux britanniques sont malheureusement passés un peu inaperçus. Pourtant, ils ne méritent que d’être découverts. Retour sur la grande scène pour les stars de la soirée : Franz Ferdinand. Après un départ en fanfare sur « No You Girls », les écossais ont alterné tubes et présentation de leur dernier album : Tonight. « Take Me Out », « Eleanore Put Your Boots On » ou encore « Ulysses », ils n’en ont pas oublié une seule. Stars toujours, ils ont conquis un certain public et lassé un autre grâce à un vrai-faux départ et un « rappel » d’une trentaine de minutes qui aurait pu être écourté sans nous laisser sur notre faim. Finissant sur une séquence electro surprenante, le terrain était fin prêt pour accueillir Vitalicfranz-ferdi2

Et pourtant, avec une scénographie quasiment inexistante, le dj n’a même pas essayé de séduire les néophytes. En s’adressant uniquement à ses fans – déchainés par ailleurs – c’est un show hermétique qui a conclu la soirée sur la grande scène mais nous laissant plein de fougue pour la soirée du lendemain. vitalic_01

Cognac n’ Blues : un cocktail explosif
La Voix du Couteau : une intrigue sur le fil du rasoir
Pauline

2 thoughts on “Garden Nef Party : Part 1”

Commentaire(s)

  • klaklou

    Pas d’accord, Ghinzu était vraiment bien, et Mirror Mirror est à la hauteur de leurs précédents albums.

    juillet 21, 2009 at 12 h 29 min
  • rock

    Bon programme dis donc pour un festival que je ne connaissais pas. Ca donne envie d y faire un tour l’an prochain !

    juillet 22, 2009 at 21 h 46 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *