Non classé

Décors de Bordels Entre intimité et exubérance

Décors de Bordels Entre intimité et exubérance

13 février 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

1860-1946: la grande période des maisons closes, Nicole Canet, passionnée de la question tient au lieu même d’un ancien bordel une galerie qui collecte les souvenirs de cette belle époque. Elle a créé sa propre maison d’édition et collecte passionnément livre après livre les images libertines.

Lorsqu’on l’interroge, Nicole Canet nous dit que cette passion pour la photographie lui vient d’une grande curiosité et de la fascination de l’image, qui, dans un domaine très vaste, nous transporte à chaque instant dans un autre univers, dans un monde disparu et dans l’histoire. Elle collectionne les photos anciennes depuis longtemps, C’est une sorte de quête permanente, de boulimie, comme pour beaucoup de collectionneurs. Mais quel plaisir,car elle fait toujours de nouvelles découvertes. Et les thèmes où l’on trouve rarement des images, c’est le cas pour les Maisons closes, sont d’autant plus obsessionnels!

Dans la belle et sulfureuse galerie Au bonheur du jour, tous les passionnés d’érotisme de charme et de séduction raffinée viennent admirer des clichés délicieusement kitsch et irrévérencieux.

En 408 pages et 375 illustrations pour la plupart inédites, nous sommes invités à un fascinant voyage dans le temps à la découverte des Maisons closes de Paris, de Province et d’Afrique du Nord. Ce livre déploie l’univers somptueux et exubérant des décors et mobiliers comme l’intimité des chambres d’amour où les pensionnaires recevaient leurs visiteurs.
Tout dans ces bordels oubliés éveille le plaisir des sens, l’enchantement du regard et l’ivresse du désir. Du Chabanais au One Two Two, de la Maison Tellier au  Palais Oriental à Reims, du Chat Noir à Alger à Casablanca, le petit parcours du fameux « Guide Rose ». Un cadeau idéal pour la St Valentin.

 

 

 

Quand le Cinéma contourne la norme et vous dévoile l’amour chez nos aînés
Sexe et cinéma, vraies ou fausses subversions ?
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *