Non classé

30ème anniversaire de l’attentat de la synagogue de la rue Copernic

30 septembre 2010 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le 3 octobre 2010 commémorera le 30ème anniversaire de l’attentat de la synagogue de la rue Copernic à Paris, qui a marqué une étape grave dans le terrorisme en France, faisant quatre morts et quarante-six blessés.

L’attentat de la rue Copernic fut aussi l’occasion d’une libération de la parole antisémite au plus haut niveau de l’Etat puisque  le premier ministre, Raymond Barre déclare sur TF1 le soir même : « Cet attentat odieux voulait frapper les israélites qui se rendaient à la synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic ».

A l’occasion de cette commémoration, un colloque international est organisé à 14h sous l’égide du CRIF au 24, rue de Copernic, Paris 16è, avec de nombreux spécialistes dont le chercheur Jean-Yves Camus, le journaliste Jean Chichizola et l’ancien ministre de la Justice du Canada Irwin Cotler.

Ce colloque sera suivi, à 18h30, par une commémoration solennelle à la mémoire des victimes de l’attentat de Copernic, en présence du Premier ministre François Fillon, du Ministre de l’intérieur, de l’Outre Mer et des collectivités territoriales Brice Hortefeux, du Président du conseil régional d’Ile-de-France Jean-Paul Huchon, de la première conseillère au Maire de Paris, Anne Hidalgo, du Grand rabbin de France Gilles Bernheim, de Jacques Chirac, Simone Veil, Robert Badinter, Bernard-Henri Lévy…

2010 marque ainsi le temps de la commémoration, mais aussi celui de la justice

Depuis 1980, grâce à un travail long, minutieux et fructueux, l’enquête a progressé sur les faits. Les investigations ont identifié plus particulièrement un homme d’origine libanaise, résidant au Canada, qui serait responsable de l’attentat. Son nom : Hassan Diab. En 2008, la France a remis au Canada une demande d’extradition du suspect.  Le  8 novembre prochain  débutera l’examen, à Ottawa, de la demande d’extradition du principal suspect.

Colloque international , 14h ,au 24, rue de Copernic, Paris 16è.

Infos pratiques

Arthur Penn , mort d’un pilier du cinéma américain
Critique de « Illégal »: l’impasse des centres de rétention
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *