Cinema

Arthur Penn , mort d’un pilier du cinéma américain

30 septembre 2010 | PAR Coline Crance

Arthur Penn s’est éteint mardi soir à New York à l’âge de 88 ans. Pilier du cinéma américain, cinéaste de Bonnie and Cyde, il sut insuffler son rythme nerveux , tendu , et cette sensibilité très « Nouvelle Vague » dans le cinéma américain.

Arthur Penn commença sur les planches en tant que metteur en scène pour le théâtre de l’armée. Il débute au cinéma en 1958 en tournant le Gaucher et réinvente ainsi Billy the Kid avec Paul Newman , expérience qui rejaillira sur Little Big man. En 1962 il tourne Miracle en Alabama où il touche à des thèmes qui seront récurrents dans son oeuvre : la faillite du mythe américain, les exclus de la société… Cette sensibilité s’affirme à travers son film La poursuite infernale en 1965 avec Marlon Brando, Robert Redford et un jeune acteur Waren Beatty qu’il révèle au public. C’est sous l’influence de Waren Beatthy qu’il tourne son film phare et profondément novateur, Bonnie and Clyde. Odyssée violente , trash dans une Amérique désabusée, ce film est un succès publique et critique. Très ancré dans la période sixties , il permet à d’autres films de se faire tels qu’Easy riders ou encore Point limit zéro. Il crée aussi un pont entre la Nouvelle vague française et le renouveau du cinéma américain.

Fort de ce succès, Arthur Penn se lance dans une grand fresque épique , Little big man avec Dustin Hoffman. Western pro-indien, dénonçant l’abandon de cette communauté indienne vieillissante par une nation qui ne peut pas l’accepter, il s’affirme comme un cinéaste engagé , défenseur de la contre-culture. En 1975 la Fugue est un point levé contre la guerre du Vietnam, le film Georgia dénonce sous le regard d’un jeune émigré yougoslave l’american way of live…En 1980 sa carrière s’essouffle, il tourne alors des productions plus commerciales , comme Target en 1986.

Cinéaste subversif , virulent , il a su imposer son style dans le cinéma américain en plein renouveau et lui insuffler ce rythme nerveux, tendu, rapide qui furent avant même Bonnie and Clyde sa marque de fabrique faisant de lui par ailleurs un très habile technicien du cinéma.



Bonnie and Clyde
envoyé par astre. – Les dernières bandes annonces en ligne.

T’es où? Regarde sur Facebook : la nouvelle application de géolocalisation
30ème anniversaire de l’attentat de la synagogue de la rue Copernic
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture