Livres

Un gros besoin d’amour : le témoignage poétique d’une enfance cachée par Lili Goldberg

20 septembre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Les éditions franco-israéliennes Elkana lancent une nouvelle collection, Elkana textes. Parmi les petits bijoux proposés, un témoignage poétique et bouleversant de Lili Goldberg, ancienne enfant cachée. Sous forme de paragraphes courts et rythmés, l’auteure revient sur une période sombre de notre histoire à tous, et sait en parler depuis le point de vue lumineux d’une enfant.

Alors qu’elle n’a que 3 ans, Liliane Goldberg et son frère sont séparés de leurs parents. Mélanie Lefrançois, une assistante sociale chargée de la protection de l’enfance, prend en charge ces deux petits juifs dont la vie est en danger pour les placer dans des familles. Elle cache également leur mère jusqu’à la fin de la guerre. Après un court séjour ensemble dans une famille qui ne peut assurer de cacher deux enfants à la fois, Lili est séparée de son frère. Seule, Lili reste dans la famille de Justes, Marguerite et Pierre Page qui l’accueillent à Lyon. Gâtée et protégée, elle y passe trois ans. A la fin de la guerre, sa mère vient la chercher pour la ramener à Paris. Lili ne reconnaît pas celle qui lui est devenue étrangère… A six ans, « il faut encore partir ». Arrivée à Paris, Lili peine  aussi à reconnaître son grand frère lorsqu’il revient. Le père  – probablement brisé par la guerre – est à la fois une figure d’absence et de terreur. La petite fille fait tout pour se réadapter ; elle renonce à beaucoup de choses, prend sur elle et se met à enfler. La nourriture devient une obsession. Mise au régime par sa maman, elle vole de l’argent et engloutit de la nourriture en cachette. Cela ne l’empêche pas d’adorer danser et de tomber amoureuse, à 17 ans, d’un juif venu d’Afrique du Nord. Mais, très conservateur, ce premier prétendant est écarté. C’est en allant dans un club communautaire que Lili rencontre l’homme de sa vie : le solide et généreux Diono.

Écrit en rimes et en rythme, avec la simplicité si poétique du regard de l’enfant, « Un gros besoin d’amour » est un témoignage généreux et fort. Dans ses mots à la fois tourbillonnants et graves, Liliane Goldberg raconte combien la guerre a bousculé une enfant juive, qui a certes survécu, mais qui a gardé tout au long de sa vie la marque douloureuse de ses jeunes années. A la lire, on apprend que la période difficile ne s’arrête pas à la Guerre mais que la Libération et le retour dans une famille meurtrie peuvent également être très douloureux. Et le lecteur attentif sent avec émotion combien la libération de la parole, sa valse véritable sur les pages d’un livre, est une manière pour l’adulte accomplie de sortir l’enfant timide et effrayée d’une ombre menaçante qui a avalé goulûment une grande partie de sa vie. Un récit fort et singulier, qui passionnera tous ceux et celles qui ont découvert tardivement et avec émotion le quotidien trop longtemps oublié des enfants cachés à travers le projet et le livre « Paroles d’étoiles », coordonné par Jean-Pierre Guéno, Librio et France Culture, et où Lili Goldberg avait d’ailleurs déjà témoigné.

Lili Goldberg, « Un gros besoin d’amour », Elkana Textes, 118 p., 13 euros.

 

 

« Une enfant s’adapte toujours
A sa façon.

Oublier ma vie à Lyon, oublier Tantans, Tontons,
Et même oublier grand’mère?
Je me suis adaptée.

Renoncer à ma poupée, qu’on m’a fait abandon
ner?
Je me suis adaptée.

la violence quotidienne, les face-à-face haineux,
et surtout le mépris, ce vomi…?
Je me suis adaptée.

Les grands silences blancs… des jours sans se
parler… et l’explosion finale, celle qu’on redoutait…?
Je me suis adaptée.

L’absence d’un regard de père. Celui trop puis
sant de ma mère?
Je me suis adaptée. » p. 28

La foire « show off » devient « solo off » pour son édition 2011
Ceci n’est pas un film de Jafar Panahi et Mojtaba Mirtahmasb, un exercice périlleux, authentique et passionnant
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Un gros besoin d’amour : le témoignage poétique d’une enfance cachée par Lili Goldberg”

Commentaire(s)

  • Rodica

    avec les larmes aux yeux je t’ecoute a la radio et lis en meme temps ma chere Lili

    novembre 2, 2011 at 20 h 49 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *