Mangas

[live report] Paris Manga 15e édition

[live report] Paris Manga 15e édition

19 février 2013 | PAR Sandra Bernard

Nouvelle année, nouvelle édition de la célèbre convention. Cette fois encore programme foisonnant et chargé : concerts, shopping, démonstrations, activités … Consacré à la culture japonaise, mais pas que, Paris manga 15e édition s’est tenu ce mois de férvrier à la porte de Versailles.

Côté animé et manga, les amateurs sont comblés entre les auteurs en dédicaces, les nombreux objets dérivés, parfois presque introuvables dans l’hexagone (figurines, jeux anciens, nourriture lointaine, …), des séries récentes à prix cassé, du fanzine, des créations de jeunes artistes…Il y en a vraiment pour tous les goûts et toutes les bourses. On notera une plus grande diversité dans l’offre de produits, de même que la qualité des réalisations des jeunes créateurs.

Les grands points forts ont été, comme toujours, les cosplays et les concerts très attendus et applaudis par le public. Si le niveau des cosplays (contraction de Costume playing) étaient admirable, ils semblaient moins nombreux dans les allées de la convention, de même que les gothiques lolitas et sweets lolitas presque invisibles cette année.

Côté mode, le steampunk est visiblement une valeur montante tant côté femme que homme. Ce style se fonde sur le mix rétrofutur des vêtements et environnements victoriens/belle époque et l’élément technologique bidouillé à base de cuivre, de rouages etc. Les couleurs dominantes sont le brun, le chocolat, le lie de vin, le noir, le vert émeraude dans des matières plutôt riches comme le cuir, le velours, le taffetas.

Les gothiques lolitas ont un look tout aussi étudié, mais relativement différent, bien que fondé sur le style Victorien. On y retrouve corsets, dentelles, jupons, rubans, froufrous, et des bijoux à base de camées, de croix, de roses, … dans des tons noirs, rouges, violets, le plus souvent. La variante sweet lolita reprend les mêmes formes de vêtements mais dans des couleurs plus claires : blanc, roses, bleu pastel, avec des motifs de petits animaux, de pois, de coeurs/carreaux/trèfles/piques etc.

Les fashionistas ont pu découvrir ou essayer les nouvelles techniques de nail art, avec un focus sur les tampons à vernis. Il s’agit de plaques métalliques gravées de multiples petits motifs. On passe le vernis sur le motif en creux jusqu’à le remplir, on enlève le surplus avec une raclette et transfert sur le tampon puis sur l’ongle et voilà, le tour est joué. C’est relativement simple et rapide. Le matériel se nettoie au dissolvant et  est relativement abordable. Il est ainsi possible de débuter avec un set à 20€.

Le groupe Moonstream (vidéos 1 et 2) a déplacé les foules et enflammé la scène principale pendant près d’une heure. Dignes représentants du Visual Key (genre de musique japonaise mélangant pop, rock et style vestimentaire pointu), ils ont fait preuve d’une grande énergie (surtout le bondissant bassiste) et d’un jeu de scène indéniable. Quelques heures plus tard, c’est le tout nouveau groupe de jeunes idoles SAYURa qui s’est présenté sur scène (vidéo 3 et 4). La formation SAYURa repose sur un nouveau concept où se croisent Idoles de chair et de sang et Idoles virtuelles. Amateurs de rose bonbon et de chansons sucrées et énergiques, vous serez comblés. Presque aussi Kawai que Kyary Pamyu Pamyu, même s’il leur manque encore l’assurance suffisante pour la scène.

Comme toujours, les activités proposées par les associations vétérantes que sont bulle japon et Sohei ont enthousiasmé le public tout au long de la journée sur les différentes scènes et leurs propres stands.

Outre le côté culture japonaise, les amateurs de science fiction s’en sont donnés à cœur joie avec les environnements reconstitués de Star Wars où il était possible de prendre gratuitement des photographies mais aussi la pose avec des personnages grimés plus vrais que nature de la 59e légion de la célèbre franchise de Georges Lucas. Il y avait également une exposition Star Gate présentant costumes et accessoires de la série.

Les aficionados de culture et tradition ont pu admirer des démonstrations d’arts martiaux, participer à des parties de go, acheter des calligraphies réalisées sur place ou de nombreux produits traditionnels tels les suzus (clochettes), Kokeshi (poupée en bois) et bien d’autres produits raffinés.

Les fans de nouveaux produits ont pu découvrir les nouvelles possibilités d’impression 3D  grâce à un stand assez inattendu de Dassault. D’ici peu de temps, il sera possible, via internet, de réaliser ses propres figurines via un logiciel intuitif ne nécessitant aucune notion de graphisme, de les commander sur le site internet et de les recevoir quelques jours plus tard, le tout à un prix assez attractif d’environ 16€ ; les prix variant en fonction de la quantité de matière utilisée.

Devant l’offre, il a bien fallu faire des choix, mais le plus difficile reste la circulation dans les allées, mais on va le prendre comme une preuve éclatante du succès de la convention.

Visuels : Photographies © Sandra BERNARD + photographies cosplay du dossier de presse

Les sorties cinéma de la semaine du 20 février
Gisèle Alain T1 : Un petit bout de femme au caractère bien trempé
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *