Expos
Des souris (des chats, des chiens, des chevaux…) et des hommes à la MCJP

Des souris (des chats, des chiens, des chevaux…) et des hommes à la MCJP

23 novembre 2022 | PAR Laetitia Larralde

Pour ses 25 ans, la Maison de la culture du Japon à Paris a choisi de mettre en lumière la relation symbiotique qui existait entre hommes et animaux aux époques Edo et Meiji avec son exposition Bestiaire japonais. Un regard sur le passé pour reconsidérer le présent.

On entend régulièrement des histoires venant du Japon telles que celle de Tama, le chat calico qui travaillait comme chef de gare. Cela, tout comme la popularité des bars à chats, chouettes ou hérissons, nous laisse apercevoir la relation particulière qu’entretiennent les japonais avec les animaux. Mais sur quoi se fonde cette attitude singulière, mêlée de respect et d’affection ? C’est la question sur laquelle l’exposition Bestiaire japonais, conçue en collaboration avec le Tokyo Metropolitan Edo-Tokyo Museum, s’est penchée.

Resserrée autour des animaux en milieu urbain, à Tokyo du XVIIIe au XIXe siècle, l’exposition se divise entre les animaux domestiqués, les animaux sauvages et les animaux rares. A cette époque, Tokyo s’appelait encore Edo et le pays était gouverné par le Shogun et ses seigneurs guerriers. La ville comportait de plus grands espaces sauvages, dont certains étaient protégés pour les animaux chassés par la noblesse, tels que les grues ou les cerfs, ou pour l’entretien des nombreux chevaux nécessaires aux militaires. On peut donc imaginer que la biodiversité était plus importante qu’aujourd’hui, où Tokyo est devenue très minérale.

Par le biais d’estampes, de livres ou d’objets variés, nous pouvons observer à quel point les animaux sont liés au quotidien des japonais. Les chevaux sont les plus représentés, transportant les seigneurs, tirant les calèches ou aidant aux travaux agricoles, aux côtés des bœufs. On remarque également beaucoup de petits animaux. En liberté dans les rues de la ville, traités comme les animaux du quartier, ou dans les intérieurs, chiens, chats, poissons rouges et oiseaux évoluent autour des personnages, trônant parfois au centre de la composition de l’image.

Si l’attitude des personnages est parfois très câline, comme cette jeune fille et son chat de l’estampe de Tsukioka Yoshitoshi, on remarque que cela constitue une exception. La plupart du temps, l’animal est traité comme le serait un humain, allant jusqu’à ajouter le suffixe de politesse -san après le nom de l’animal comme le notait Edward S. Morse, zoologue relatant son séjour au Japon. Les animaux sont des habitants de la ville au même titre que les humains, même quand ils provoquent des dégâts ou sont porteurs de maladies comme les rats, également considérés comme les messagers du dieu de la fortune.

Généralement, les animaux ne sont pas le motif principal de l’estampe. Ils se fondent dans l’image, et comme sur les Paravents des vues d’Edo, il faut les chercher, être attentif aux détails pour ne pas les confondre avec un élément de décor. Mais ils sont bien présents, pleinement intégrés au quotidien. Nous mettons là le doigt sur une différence de regard entre occidentaux et japonais. En Europe, l’animal est considéré comme inférieur à l’humain : il est là pour nous servir, nous amuser ou nous nourrir. Au Japon, il est un être vivant comme un autre, faisant partie de la nature au même niveau que l’homme.

Mais il n’est pas non plus question ici d’idéaliser les relations entre hommes et animaux. La chasse est représentée, tout comme la consommation de viande, mais tous les deux restant marginaux, l’une réservée aux seigneurs, l’autre n’apparaissant que tardivement (XIXe siècle). Toute une section souligne l’intérêt des japonais pour les animaux exotiques comme les éléphants, les paons ou encore les tigres ou les animaux de cirque. Ceux-ci étaient alors maintenus en captivité pour des attractions de rue, comme sujet d’observation dans des maisons de thé ou dans ce qui deviendra des zoos.

Cette relation entre hommes et animaux était tellement évidente pour les japonais de l’époque qu’elle n’a pas été documentée. On en trouve des témoignages indirects par des textes d’étrangers, des motifs sur les estampes ou sur des objets du quotidien, mais avec le temps, une forme d’oubli s’est installée. Car la nécessité de régulation des épidémies, l’urbanisation moderne et l’influence de l’occident ont distendu les liens qui existaient alors. Mais puisqu’ils semblent survivre dans l’inconscient collectif, se les remémorer pourrait alors permettre d’agir pour la réinstauration d’une biodiversité plus large dans les villes. Et ainsi, laisser plus de place aux autres espèces que la nôtre, pour une cohabitation harmonieuse et respectueuse entre tous les êtres vivants.

Bestiaire japonais – vivre avec les animaux à Edo-Tokyo (XVIIIe-XIXe siècle)
Du 09 novembre 2022 au 21 janvier 2023
Maison de la culture du Japon à Paris

Le catalogue de l’exposition :
Coédition Éditions Gourcuff Gradenigo – MCJP
Avec les textes de Shûko Koyama, Tomoko Kawaguchi, Edo-Tokyo Museum, et de François Lachaud, Directeur d’études à l’École française d’Extrême-Orient
160 pages, 16,5 x 24 cm, 22 €

Visuels : 1- Trente-deux façons d’être : Être agaçante – Façon d’être d’une jeune femme de l’ère Kansei, Tsukioka Yoshitoshi, 1888 – collection du Edo-Tokyo Museum / 2- Coutumes et bonheurs de l’Est : Les souris de la prospérité, Yôshû Chikanobu, 1890 – collection du Edo-Tokyo Museum / 3- Album des insectes choisis, Kitagawa Utamaro, 1787 – collection du Edo-Tokyo Museum / 4- Célèbres lapins d’aujourd’hui, Anonyme, début de l’ère Meiji (1868-1877) – collection du Edo-Tokyo Museum / 5- Course de chevaux à Ueno-Shinobazu, Hashimoto Chikanobu, Première moitié de l’ère Meiji (1868-1890) – collection du Edo-Tokyo Museum

40 ans du LAAC de Dunkerque : une rétrospective qui fait résonner l’histoire et la collection artistique du musée
Hairlust Split Fix™ : la routine anti-fourches
Avatar photo
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture
Registration