Livres

L’homme qui aimait ma femme : Simonetta Greggio rejoue Jules et Jim dans le Paris d’après mai 68

29 novembre 2012 | PAR Yaël Hirsch

L’auteure italienne et écrivant en français de « La Douceur des hommes » (2005) et de « L’odeur du figuier » (2011) donne sa version libre et nostalgique de « Jules et Jim ». Un trio amoureux qui traverse les années 1960 et 1970, non sans heurts, malheurs et douleurs, mais avec une solide volupté. Un roman référencé et nostalgique publié cet automne chez Stock.

Alexandre et Yann sont frères. Le premier et aîné est un coureur invétéré qui devient prof de lettres, le deuxième et cadet un grand romantique qui se cherche entre Normale Sup’, une cabane dans les bois et le droit comme passeport pour la finance internationale. Yann présente LA femme de sa vie à Alexandre qui s’empresse de lui voler… non sans continuer à la tromper allégrement. Cette femme, c’est Maria, sensuelle, jalouse, fidèle, auteure de biographie et rescapée d’un accident de voiture majeur au bel âge après avoir réalisé qu’Alex la trompait avec… sa sœur. Tous trois traversent, liés par le destin, la deuxième moitié du 20ème siècle dans une France mi-intello (Lacan, Althusser …), mi- désengagée de toute implication qui dépasse les égoïsmes individuels.

Remake de Jules et Jim sous l’œil narquois du post-structuralisme et de la liberté des mœurs et des corps, « L’homme qui aimait ma femme » éclate en points de vues narratifs divers un trio d’amour et de douleur plus solide que toutes les convictions successives du demi-siècle dans lequel il s’inscrit. Extrêmement référentielle, Simonetta Greggio tend à faire un peu trop étalage de sa très grande connaissance de la vie intellectuelle parisienne des années 1970. Mais elle est toute excusée quand on sait lire ces débordements par ailleurs joliment énoncés comme une déclaration d’amour à sa langue et son pays d’adoption.

Simonetta Greggio, « L’homme qui aimait ma femme », Stock, 304 p., 20 euros, Sortie le 22 août 2012.

Ken Loach refuse un prix au festival de Turin
« Once Upon a Time » chez M6
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *