Fictions
« Juvenia », Nathalie Azoulai livre une fresque grinçante sur la guerre des sexes et des générations

« Juvenia », Nathalie Azoulai livre une fresque grinçante sur la guerre des sexes et des générations

12 avril 2020 | PAR Yaël Hirsch

Nathalie Azoulai passe chez stock où elle signe une (science) fiction ironique et mordante sur Juvenia, une République qui passe une loi interdisant les relations de couples où l’homme a plus de 20 ans de plus que la femme…

Dans un temps pas si loin que cela et dans contrée de Juvenia, le 27 janvier (date de la libération d’Auschwitz!) une loi est passée interdisant les relations de couples où l’homme a plus de 20 ans de plus que la femme… Tant que la fertilité n’est pas étendue pour les femmes en tout cas… Sous le feu des projecteurs : Pierre, producteur de cinéma loin dans sa cinquantaine et sa nouvelle compagne de 25 ans de moins et actrice, la bien nommée Juvena Biel. Elle apprend qu’elle est enceinte le matin même du 27 janvier et prend peur : ils risquent de tomber sous le coup de la loi. Mais les vraies héroïnes du roman sont deux femmes :  Laure, l’ex-femme de Pierre, brillante universitaire plaquée et qui se bat pour garder allure jeune et silhouette svelte, ainsi que Sabine, pédiatre sexagénaire qui en profite pour exploser sexuellement. La revanche des femmes mûres est d’autant plus mordante qu’elle est à la fois sensuelle et réfléchie …

D’une ironie cinglante, la petite fable lancinante de Nathalie Azoulai en dit beaucoup sur la peur de l’âge, les narcissismes d’aujourd’hui et le rôle un peu pathétique de la culture et de la littérature face à la puissance égotique de l’envie de jeunesse. Cruelle avec ses personnages, prenant un plaisir presque sadique à les faire jouir comme des machines et glissant des références littéraires (dont un petit Tchékov final aux petits oignons) dans cette litanie plutôt joyeuse de coucheries, l’auteure confisque la parole aux jeunes, enfants et petits-enfants, pour laisser toute la place aux « vieilles » en chaleur physique et intellectuelle. Théâtral et réjouissant.

Nathalie Azoulai, Juvenia, Stock, 120 p., 16,50 euros. Sortie le 18 mars 2020.
visuel : couverture du livre

En quarantaine sensuelle avec le Verrou : « Histoires pornographiques », de Valentine Abé
En quarantaine sensuelle avec le Verrou : « Aux pieds d’Omphale », d’Henri Raynal
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *