Livres
Les éditions Payot & Rivages rejoignent Actes Sud

Les éditions Payot & Rivages rejoignent Actes Sud

03 janvier 2013 | PAR Sandra Bernard

Coup de tonnerre dans le monde de l’édition, la maison Payot & Rivages vient d’être rachetée par Actes Sud.

Françoise Nyssen l’actuelle PDG des éditions Actes Sud explique son choix stratégique dans un article publié ce vendredi 4 janvier dans Livres Hebdo.

Depuis leur fondation en 1978 par Hubert Nyssen, père de la dirigeante actuelle, les éditions Actes Sud ont fait bien du chemin en se développant dans de multiples secteurs de l’industrie du livre allant des ouvrages jeunesse, en passant par la BD et la littérature policière. C’est justement ce dernier genre littéraire qui a présidé au rapprochement de la maison avec Payot & Rivages.

La maison d’édition Payot & Rivages est née de la fusion des deux éditeurs au tout début des années 1990. Si Payot, fondée en 1912 par Gustave Payot, est spécialisée dans les ouvrages de sciences humaines et de philosophie, sa consœur Rivages, fondée en 1984 l’est dans la publication de romans policiers. En 1986, François Guérif a notamment lancé sa collection : phare Rivages/Noir. La nouvelle entité Payot & Rivages, outre l’intérêt financier, a permis aux deux maisons de partager leurs spécificités : il existe désormais une Petite Bibliothèque Rivages. L’une des grandes forces de Payot & Rivages se situe dans le catalogue qui contient un nombre impressionnant de grands auteurs, en particulier américains tels James Ellroy, Donald Westlake.

En détenant ce catalogue prestigieux, Actes Sud augmente considérablement ses références en la matière, ce qui lui permet de publier parallèlement de jeunes auteurs dont la popularité reste à confirmer.

Les deux maisons ont toutefois indiqué qu’elles conserveront une certaine indépendance éditoriale, même si le président de Payot & Rivages, Jean-François Lamunière, quittera son poste pour rejoindre le conseil de surveillance d’Actes Sud. Les dirigeants indiquent également dans leur communiqué de presse paru jeudi que « Ce rapprochement a pour but essentiel de pérenniser l’indépendance de nos maisons et de se donner les moyens de faire face aux nouveaux enjeux de notre profession ».

Visuel : (C) SB

Le prix Impatience revient en 2013
El Ultimo Elvis, la parabole tendre d’Armando Bo sur le déni de vie propre
Sandra Bernard
A étudié à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense l'Histoire et l'Histoire de l'Art. Après deux licences dans ces deux disciplines et un master recherche d'histoire médiévale spécialité histoire de l'Art dont le sujet s'intitulait "La représentation du costume dans la peinture française ayant pour sujet le haut Moyen Âge" Sandra a intégré un master professionnel d'histoire de l'Art : Médiation culturelle, Patrimoine et Numérique et terminé un mémoire sur "Les politiques culturelles communales actuelles en Île-de-France pour la mise en valeur du patrimoine bâti historique : le cas des communes de Sucy-en-Brie et de Saint-Denis". Ses centres d'intérêts sont multiples : culture asiatique (sous presque toutes ses formes), Histoire, Histoire de l'Art, l'art en général, les nouveaux médias, l'art des jardins et aussi la mode et la beauté. Contact : sandra[at]toutelaculture.com

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *