Livres

Les Baisers de Serge Bramly et Jean Coulon

Les Baisers de Serge Bramly et Jean Coulon

16 février 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Serge Bramly sur une proposition de Jean Coulon

Quand on s’aime, c’est tous les jours la St Valentin et l’occasion de s’embrasser. Mais les baisers, ce ne sont pas seulement un acte romantique, un prélude, une envolée, ce sont également des rites sociaux, des marques d’affection, d’estime et de reconnaissance.

 

 

 

Dans ce splendide ouvrage magnifiquement relié et illustré, Serge Bramly a regroupé les plus beaux baisers de toute l’histoire de l’art: les œuvres les plus mystérieuses comme Les amants de René Magritte côtoient les plus poétiques telles Les amants en vert de Marc Chagall, les plus romantiques (Le baiser de Félix Valloton), les plus affectueuses (Le baiser maternel d’Eugène Carrière) , les plus tendres (Le baiser de Francesco Hayez ci contre) , les plus licencieuses (Circé de George Grosz) mais aussi les plus abominables: Le baiser Nouveau Mexique de Joël Peter Witkin et les plus spectaculaires ( La Kermesse ou Noce de village de Pierre Paul Rubens).

 

 

 

Mais ce livre n’est pas un répertoire du baiser, il n’est pas exhaustif, nous pouvons d’ailleurs y regretter l’absence de quelques œuvres et artistes fameux: pas de Jack Vettriano, artiste pourtant très prodige sur ce thème (voir ci contre à droite) ni de Peter Behrens (ci contre à gauche). Il est vrai que le baiser est un sujet si inépuisable qu’il a inspiré tous les artistes du premier baiser dont nous ignorons la date exacte, sans doute préhistorique, à nos jours.

Cet ouvrage dresse exactement une sorte d’inventaire des baisers les plus remarquables et les plus typiques de toutes catégories, il exacerbe notre désir en nous racontant des histoires à la source de la création des œuvres présentées, y compris des passages de la Bible et de la mythologie, mais aussi la vie de ceux qui ont crée ces œuvres d’art: Constantin Brancusi, par exemple.

Le plus grand intérêt de cet ouvrage est qu’il est très bien écrit, les mots se déploient comme une caresse, les pages sont douces sous notre peau, c’est un plaisir visuel et intellectuel de le lire. Un très beau cadeau à faire à l’aimé(e).

Just the wind, un film troublant sur les violences faites aux roms hongrois
Contes tordus : Julie Nioche et Christophe Huysman au 104
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *