Jeunesse
Princesse Atchoum de Susie Morgenstern

Princesse Atchoum de Susie Morgenstern

02 novembre 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

couvmouchegabaritIllustrations de Philippe Dumas

C’est le bal donné pour les débuts dans le monde de la princesse Philomène ce soir mais cette dernière n’en n’a cure,  elle est terriblement enrhumée et n’a qu’une envie: rejoindre son lit. Pourtant, au bal, elle rencontre un jeune homme enrhumé qui a des goûts similaires aux siens et le coup de froid attrapé pourrait bien être son coup de chance.

Susie Morgen39226stern est une auteure française pleine d’humour, de fantaisie et d’inventivité (voir notre article sur Calisson). Elle nous a déjà réjoui avec de nombreux titres du Fiancé de la maîtresse au Club des crottes en passant par Halloween Crapaudine ou encore Tout amour est extraterrestre (coécrit avec Alain Grousset) . Elle a également coécrit avec une de ses filles et illustré un de ses propres ouvrages: Les potins du potager.

E123603.gifAuteur, peintre et illustrateur, Philippe Dumas a déjà derrière lui une très belle carrière dans la littérature jeunesse et ce n’est pas fini. Nous vous encourageons à découvrir les multiples contes et albums qu’il a écrit et illustré dont le tout dernier charmant: Une ferme d’autrefois.

Pauvre princesse: pas moyen d’être malade tranquille quand on a des obligations, force lui est de se traîner à l’agonie et de danser sans en avoir l’envie. D’un mal peut découler un bien, telle est la morale de cette histoire. Philomène n’aurait peut-être pas rencontré l’amour si elle avait été en bonne santé. Son rhume lui permet de voir au delà des apparences et d’être sensible à la vraie générosité du cœur de celui qu’elle rencontre. Une histoire tendre et drôle qui consolera les petits enrhumés cet hiver.

Editions L’Ecole des Loisirs – collection Mouche – 24 octobre 2013 – 76 pages –  8 euros – visuels (c): Editions L’Ecole des Loisirs

[Critique] Thor: Le Monde des Ténèbres. Du très bon Marvel, humble, sympatoche et efficace
Londres par hasard d’Eva Rice
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *