Essais
« Réinventer l’amour » de Mona Chollet : Le droit d’aimer

« Réinventer l’amour » de Mona Chollet : Le droit d’aimer

10 octobre 2021 | PAR Julien Coquet

Poursuivant son travail de déconstruction des mécanismes du patriarcat, Mona Chollet s’intéresse ici aux relations amoureuses, et plaide pour une nouvelle façon d’aimer au sein des couples hétérosexuels.

Beaucoup sont d’accord : l’amour est ce qui transporte et ce qui transforme. L’une des expériences les plus intéressantes. Et pourtant, force est de constater que les relations amoureuses hétérosexuelles sont traversées par les luttes de pouvoir et les rapports de domination. Tâches ménagères, différence de taille, de salaire, rapport à l’amour et aux émotions : la socialisation des hommes et des femmes, différente, conduit à des attentes qui ne convergent pas forcément. Mona Chollet constate dès les premières pages l’importance de l’amour mais, paradoxalement, l’incapacité à l’exprimer et à le vivre pleinement et sereinement.

L’essayiste pointe du doigt nos représentations biaisées des couples. L’homme est souvent plus riche, plus éduqué, gagne mieux sa vie. La femme, elle, se fait belle, se fait petite pour ne pas empiéter sur le territoire de l’homme (« l’infériorité féminine ne doit pas être seulement physique, mais aussi professionnelle et économique »). Cette incitation des femmes à se taire, à paraître toujours « moins » que ce qu’elles ne sont réellement, ne peut que conduire à la désillusion et à la tristesse.

Le deuxième chapitre, peut-être le moins intéressant, s’intéresse au problème des violences conjugales, et notamment au traitement qui en est fait. Celles-ci seraient les plus profondes preuves d’amour (cf. le crime passionnel). Et Mona Chollet de livrer une analyse plus que pertinente du meurtre de Marie Trintignant par Bertrand Cantat (« L’amour monstre » titrait Paris Match).

Si les hommes accordent si peu d’importance à l’amour, c’est aussi qu’ils n’y ont pas été préparés. Entretenir une relation a toujours été une tâche pour les femmes. Pour les hommes, souvent, les relations amoureuses passent après le travail, les relations amicales, le succès matériel, etc. Les femmes se révèlent être les véritables « gardiennes du temple » : les hommes croient qu’ils peuvent vivre et évoluer sans rapport avec autrui, sans aucune validation extérieure ; les femmes, elles, savent l’importance des relations sociales, et font tout pour maintenir leur couple (prendre rendez-vous chez le sexologue, conseiller à son conjoint d’aller chez le psychologue).

Enfin, dans une dernière partie, Mona Chollet enjoint les femmes à devenir de véritables sujets érotiques en s’éloignant des représentations sexistes véhiculées par la société. Comment être sûr que l’on se fait belle pour soi et non pour les hommes ? Et nos fantasmes sont-ils vraiment nos propres désirs profonds ou des désirs façonnés par la société ?

Si Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles est si passionnant à lire, c’est qu’il est d’abord traversé par une force d’érudition. Dans une langue claire, Mona Chollet rassemble tous les concepts et les théories les plus pertinentes sur l’amour et le féminisme (Denis de Rougemont, Gloria Steinem…). Les exemples se multiplient, tirés de livres, de séries, de couples célèbres (André Gorz et sa femme Dorine), de situations problématiques (l’affaire Gabriel Matzneff). Mona Chollet ne se prive pas non plus de donner des exemples de sa vie personnelle et de clamer qu’elle aime les hommes. Car oui, en aimant aimer, l’essayiste nous prouve que d’autres types d’amour sont possibles.

« Nous avons besoin de redonner du jeu à notre façon d’envisager l’amour, de lui réinsuffler de la vie, en pulvérisant à la fois le carcan bourgeois du parcours obligé et celui, tout aussi convenu et limitant, de la passion destructrice. Nous avons besoin à la fois d’un peu plus d’audace et d’un peu moins de complaisance dans les postures neurasthéniques. Cette démarche ne peut être que très personnelle, et l’idéal que je me propose d’ébaucher maintenant ne prétend évidemment à aucune validité universelle. Mais il permettra au moins à mes lectrices et lecteurs de savoir qui leur parle, et peut-être aussi d’examiner les désirs qu’ils nourrissent eux-mêmes, de préciser leur propre vision à travers leur adhésion ou leur désaccord. »

Réinventer l’amour. Comment le patriarcat sabote les relations hétérosexuelles, Mona Chollet, Editions La Découverte, Collection Zones, 256 pages, 19 €

« Le Roman de Jim » de Pierric Bailly : Un père sans enfant
Un livre unique pour Hokusai et le mont Fuji
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture