A l'affiche
[Critique] Thor: Le Monde des Ténèbres. Du très bon Marvel, humble, sympatoche et efficace

[Critique] Thor: Le Monde des Ténèbres. Du très bon Marvel, humble, sympatoche et efficace

02 novembre 2013 | PAR Gilles Herail

[rating=3]

Iron Man 3 ne nous avait pas particulièrement convaincus, laissant le champ libre au show Robert Downey Junior, appréciable au demeurant, mais oubliant de faire un film. La suite de Thor est un film plus collectif, qui sait doser l’action, l’humour, la science-fiction et la fantasy. Une excellente surprise.

Marvel enchaîne les hits avec une régularité inégalée. Depuis le triomphe de The Avengers, les petits nouveaux de la galaxie Marvel ont connu un bonus de popularité inattendu. Thor arrive donc comme le Messie pour contrer Gravity. Les films se répondent, s’amusent à multiplier les clins d’œil (apparition de Captain América), évocation des suites, ramifications entre les différents scénarios. Pour le plus grand plaisir des fans. Thor 2 n’invente bien-sur rien mais n’en a pas la prétention. Son mélange précaire entre Star Wars et Seigneur des Anneaux passe comme une lettre à la poste. L’univers graphique est agréable mais n’émeut pas plus que ça.

Non vraiment, ce qui nous plait dans ce Thor, c’est cette humilité étonnante qui ressort de la projection. L’humour d’abord, inattendu dans ce genre de production est très présent. Avec des clins d’œil, des références, des petites répliques bien placées, et même des excursions vers le burlesque et le comique de situation (notamment lors des scènes de passages entre les différents mondes qui nous rappellent l’incroyable passage des portes dans Monstres et Compagnie). On est loin de Nolan et de Snyder et cette légèreté convient bien au propos. Car Thor est un personnage quasi secondaire. Un beau gosse chevelu très fort qui n’est là que pour finir le travail, s’effaçant derrière de multiples seconds rôles tous passionnants.

Nathalie Portman et son attirail de scientifique fauchée, sa stagiaire et le stagiaire de la stagiaire (il faut suivre) et en général toutes les scènes sur Terre donnent des temps de respirations agréables. Maman Thor qui étonne en combattante insoupçonnée. Et puis ce fameux Loki, le frère honni, à la limite de la folie mais séduisant et touchant. Thor 2 assume pleinement son statut de film familial collégial, ne cherche pas la dramatisation à outrance tout en maintenant une certaine forme de suspense. Un concentré de Marvel à son meilleur.

Gilles Hérail

Thor le monde des ténèbres, un film de super-héros de Alan Taylor avec Chris Hemsworth et Nathalie Portman, durée 1h52, sortie le 30 octobre 2013

« Monte le son », le Festival gratuit et 100% Musiques africaines se déroule du 2 au 30 novembre 2013 à Paris
Princesse Atchoum de Susie Morgenstern
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *