Jeunesse

Ploum le paresseux de Sebastian Meschenmoser

Ploum le paresseux de Sebastian Meschenmoser

04 décembre 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

mne_FR_Ploum le paresseux_Cov_z_Layout 1

Traduction française de Julie Duteil

Ploum est un paresseux au sens propre comme au sens figuré, l’animal rêve d’une vie facile et finit par gagner au loto. Seulement, voilà, un animal n’a pas le droit de jouer. Ploum confie son billet gagnant à un humain qui lui vole son gain. Un orang-outang a tout vu et emmène le paresseux voir un rusé renard détective, les animaux mènent l’enquête.

mne_FR_Ecureuil printemps Mini_Cov_zz_Layout 1Sebastian Meschenmoser est un auteur-illustrateur allemand qui a été nominé dans son pays pour le prestigieux prix littéraire jeunesse en 2007 pour son album L’écureuil et la lune, lequel est également publié chez Mine éditions de même que plusieurs autres de ses livres: L’écureuil et le printemps, L’écureuil et la première neige ainsi que L’écureuil et l’étrange visiteur.

Cet artiste talentueux utilise les animaux pour transmettre aux enfants une sagesse sur le monde. Ainsi, il leur déconseille ici avec le personnage de Ploum de croire que tout va leur tomber dans le bec sans qu’ils aient d’efforts à faire. Il les encourage à avoir une vision simple du bonheur, à profiter des petits plaisirs de la vie comme passer de bons moments entre amis et à ne pas se focaliser sur l’argent: en avoir peu honnêtement gagné est infiniment préférable au fait d’en avoir beaucoup gagné trop facilement; ce qu’on n’a pas eu de peine à avoir ne peut pas non plus procurer de grandes joies. Un texte virtuose plein de bon sens servi par un coup de crayon exceptionnel et un usage particulier de la couleur qui va avec l’humeur du personnage principal: dès qu’il commence à s’amuser, le dessin se colore. Un superbe album qui donne très envie de lire les autres du même auteur.

Mine éditions – date de parution: 5 avril 2013 – 64 pages – 15 euros – visuels (c): Mine éditions

[Critique] « All is Lost », le mythe Robert Redford, sublime
[Live report] Albin de la Simone au Théâtre de l’Atelier : un instant suspendu
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *