Jeunesse

Pas tout à fait vampire de Céline Sorin et Pacal Lemaitre

Pas tout à fait vampire de Céline Sorin et Pacal Lemaitre

09 mars 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Céline Sorin et illustrations de Pascal Lemaitre

E129100Vadim est fils et petit-fils de vampires. Pourtant, il ne leur ressemble pas du tout. Il aime les fleurs, il ne consomme pas de sang mais des légumes et du lait comme un enfant « ordinaire », il dort la nuit et vit le jour. Mais ces différences ne l’excluent pas de sa famille, il est aimé et respecté tel qu’il est. Son influence pourrait même contaminer les autres.


Céline Sorin signe ici un très beau texte plein de poésie et d’humour sur la différence. Les enfants n’ont pas toujours les mêmes goûts que leurs parents et grand-parents, il est vital qu’ils se sentent respectés pour ce qu’ils sont qu’ils soient végétariens dans une famille de carnivores ou carnivores dans une famille de végétariens. Tous les goûts sont dans la nature. C’est ce qu’exprime ce livre.

L’intérêt d’avoir un enfant différent, c’est qu’il enrichit également ses parents en les faisant sortir de leurs petites habitudes, de leur train-train. Ainsi, dans ce livre, le père va être séduit par les goûts de son enfant qui va progressivement les lui communiquer, il faut savoir parfois bousculer les traditions.

Les dessins de Pascal Lemaitre sont très beaux. Ils nous font penser à un dessin animé que l’on regardait étant petits sur les vampires Draculito, mon saigneur. Le choix de mettre un fond bleu nuit à l’essentiel des illustrations pour montrer que les actions se déroulent de nuit et établir mieux le contraste jour-nuit et la différence entre les vampires au teint livide et aux cheveux noirs et leur enfant aux cheveux blonds et aux joues roses est très bon. Il y a plein de petits détails intéressants dans ces images en plus qui créent une sorte d’univers gothico-vampirique: les cercueils, les chandeliers, les chats faméliques, le tapis avec un dragon, le fait que l’essentiel de l’action se passe dans une crypte…

Nous sommes pris par l’ensemble dès les premières pages tant cette histoire crée un monde très riche et plein de vie nocturne, de quoi frissonner de délices.

Visuels (c): Editions L’Ecole des Loisirs

Les vernissages du week- end du 10 mars
Le Soleil d’Olivier Py inonde L’Odéon
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *