Théâtre

« 5.Tera nuits +1, (errances cosmiques) » ou l’histoire de l’humanité qui contemple le ciel

« 5.Tera nuits +1, (errances cosmiques) » ou l’histoire de l’humanité qui contemple le ciel

19 novembre 2019 | PAR Magali Sautreuil

Difficile de classer ce spectacle né d’une double rencontre, celle de la science et de la littérature d’une part et celle du comédien et metteur en scène Étienne Pommeret et de l’astrophysicien Jean-Philippe Uzan d’autre part. 5.Tera nuits +1, (errances cosmiques) mêle conférence, récit et improvisation pour explorer et questionner l’univers. Une seule certitude : vous ne verrez plus jamais le ciel comme avant.

Tout d’abord il y a la nuit. Tout l’espace scénique se résume d’ailleurs à un vaste ciel nocturne rempli d’étoiles, au milieu duquel se tiennent nos deux comédiens, perdus dans l’immensité de l’univers. La lumière varie en fonction des phénomènes cosmiques qu’ils abordent. Au total se succèdent une série de huit tableaux lumineux faits de LED, de fibres optiques, de guirlandes d’étoiles, de sphères lumineuses…

Sur scène, les deux acteurs s’interrogent, fascinés par ce ciel dont les limites ne semblent pas définies. Quel étrange concept d’ailleurs que celui de l’infini ? Il va à l’encontre du besoin de l’homme de se forger une image claire et simple du monde. Mais l’univers est si vaste et la vie humaine si courte pour l’appréhender que plus nous apprenons de choses sur lui, plus le mystère s’épaissit et plus nous nous posons de questions.

Tels deux explorateurs, les deux acteurs-lecteurs vont néanmoins se risquer à interroger le cosmos et leur place dans l’univers en convoquant sur scène de grands écrivains, poètes et scientifiques (Borges, Galilée, Pessoa, Woolf, Einstein, Eschyle, Prévert, Brecht, Copernic, Hugo, Tsvetaïeva, Calvino, Anna de Noailles, Kant, Kepler, Twain, Jocelyn Bell…).  

Leur démarche est plurielle. Si elle permet de vulgariser certains concepts scientifiques, elle ne se limite pas seulement à la science. En effet, elle s’intéresse aussi aux artistes et aux écrivains qui ont eu pour muse le ciel. Celui-ci inspire également sur scène quelques notes de musique à Jean-Philippe Uzan, qui improvise au gré de son inspiration quelques-uns des morceaux d’Europe de l’Est qui ont bercé son enfance, ce qui apporte beaucoup de douceur et de poésie au spectacle.  

Cette volonté de lier sciences et littérature n’est pas anodine. Elle est le fruit d’une rencontre, celle entre le comédien et metteur en scène Étienne Pommeret et l’astrophysicien chercheur au CNRS Jean-Philippe Uzan. C’était il y a une quinzaine d’années. Ces deux amoureux du ciel et de l’univers avaient découvert leur passion commune autour du projet Kant de Jon Fosse qui associait au récit une conférence sur les différentes conceptions de l’univers. Aujourd’hui, ils partagent leur amour pour le cosmos avec le public sur scène. Ils n’apportent pas de réponses aux grands mystères qui l’entourent, mais nous accompagnent dans notre réflexion poétique et scientifique. En les écoutant, on s’étonne de constater que le ciel est de plus en plus noir et que presque plus aucune étoile ne l’illumine. Mais où ont-elles bien pu disparaître ? À cette question, vous ne trouverez pas forcément de réponse dans ce spectacle, mais celui-ci vous aura peut-être donné envie de la découvrir par vous-mêmes.

 Si toutefois vous avez des interrogations, vous pourrez en faire part à l’issue de la représentation aux deux comédiens, qui se feront un plaisir d’y répondre.

Petit conseil pour apprécier pleinement ce spectacle : laissez-vous porter par les mots, les yeux rivés vers le ciel…

5.Tera-nuits +1, (errances cosmiques), un spectacle inclassable, conçu, écrit et joué par l’astrophysicien Jean-Philippe Uzan et le metteur en scène et comédien Étienne Pommeret, présenté du 5 au 17 novembre 2019, du mardi au samedi à 20 h 45 et le dimanche à 16h, à Paris, au théâtre de la Reine Blanche. Durée : 1 h 10.

Retrouvez l’actualité de la compagnie C’est Pour Bientôt sur son site Internet (www.cpb-theatre.fr).

Prochaines représentations : le 24 novembre 2019 dans le cadre du festival FACTS à Bordeaux, le 23 mars 2020 au Gallia Théâtre de Saintes, le 29 mai 2020 à Thouars, le 30 mai 2020 à l’Espace Mendès France de Poitiers et le 2 juin 2020 à la Guérétoise de spectacle de Guéret avant sa reprise à Paris, au Théâtre 14.

Visuels : © Hervé Bellamy

Nach fait vivre une magnifique « Aventure » au public du Trianon
« Je ne reverrai plus le monde »: les textes de prison de l’écrivain turc Ahmet Altan
Magali Sautreuil
Formée à l'École du Louvre, j'éprouve un amour sans bornes pour le patrimoine culturel. Curieuse de nature et véritable "touche-à-tout", je suis une passionnée qui aimerait embrasser toutes les sphères de la connaissance et toutes les facettes de la Culture. Malgré mon hyperactivité, je n'aurais jamais assez d'une vie pour tout connaître, mais je souhaite néanmoins partager mes découvertes avec vous !

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *