Jeunesse

Les aventures de Louga de L’Autre Côté Du Monde de Claire Fercak

Les aventures de Louga de L’Autre Côté Du Monde de Claire Fercak

16 octobre 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte de Claire Fercak et illustrations d’Adrien Albert

Et si notre monde visible n’était en fait qu’un seul versant? Et que l’on pouvait traverser un grand lac et se retrouver de l’autre côté? C’est ce qui arrive à Louga, une poupée et à son ami William, l’homme-arbre. Dans ce nouveau monde étranger, Louga fait la connaissance d’un jeune mammouth, Mammoutheau, avec lequel elle va vivre de multiples aventures dans la forêt dansante et délivrer le peuple des poupées du terrible Camp Des Sangliers.

Claire Fercak a une écriture poétique et atypique. Les mondes très riches qu’elle imagine ne ressemblent à aucuns autres. Dans ce livre qui fait suite au premier opus: Les aventures de Louga et la maison imaginaire, la poupée Louga poursuit son odyssée dans un univers encore plus incroyable. En quelque sorte Alice au pays des merveilles, la poupée vit une existence qui n’est pas celle d’une enfant, elle est une sorte de Pinocchio devenue vivante et ses aventures semblent aussi surréalistes qu’elle-même.

Nous nous laissons prendre à la magie des mots, de cet univers qui ne ressemble à aucun autre mais qui fait penser à beaucoup d’univers: de L’âge de glace à Lewis Caroll, de Maurice Maeterlinck à Roald Dahl (Fantastique Maître Renard) en passant par des choses plus sinistres car le camp des sangliers ressemble sacrément à un camp de concentration. Le message véhiculé par cette histoire est en permanence positif: la poupée ne se laisse surprendre par rien, elle est à l’écoute et elle apprend tout le temps. L’étrangeté du monde auquel elle est confrontée pourrait la faire sombrer dans la folie mais ce n’est pas le cas. L’héroïne s’adapte sans cesse aux situations et aux lieux qu’elle découvre et ce faisant fait preuve d’un grand courage.

Les dessins d’Adrien Albert, très colorés, nous entraînent dans cette féerie du langage, tous les lecteurs attendent un troisième épisode de Louga avec impatience.

 

Des fleurs pour Algernon : Des fleurs au parfum de triste tendresse
Le Grand prix Chéries-Chéris est attribué à Facing Mirrors
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *