Jeunesse
Dans sa maison, un grand cerf de Jutta Bauer

Dans sa maison, un grand cerf de Jutta Bauer

13 avril 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Texte et illustrations de Jutta Bauer

Un cerf regarde à sa fenêtre ce qui se passe dans le bois quand arrive un lapin, puis un renard puis…La chaumière du cerf devient le refuge de tous.

 

 

 

 

 

En Allemagne, Jutta Buer est une auteure-illustratrice très reconnue qui a obtenu de nombreux prix. Son premier livre traduit en français met en évidence la qualité de son dessin: poétique, mystérieux, plaisant à l’œil, séduisant, charmant, nous y plongeons et avons peine à en sortir. L’auteure revisite ici avec astuce la célèbre comptine: « Cerf, cerf, ouvre moi ou le chasseur me tuera ». Elle actualise les paroles pour les rendre plus accessibles aux enfants: le « frapper à l’huis » devient « frapper ainsi », le vocabulaire est donc plus simple et contemporain sans que le texte ne perde rien de sa saveur d’antan, bien au contraire, elle y ajoute une très belle fin où humour et amour se rejoignent.

 

 

 

L’image présente le déroulement de l’action de manière presque cinématographique. Nous avons l’impression de nous déplacer en même temps que le lapin pour nous diriger vers la maison du grand cerf. Les images sont extraordinaires, les couleurs peintes superbes, nous suivons le déroulement des saisons, la beauté de la nature en même temps que l’action. Le suspense est maintenu page après page car Jutta Bauer réussit le prodige de ne pas mettre plus de neuf mots de texte maximum par double page, le récit est donc tout le temps en suspens. Le début tragique se passe tout naturellement en hiver, l’action se poursuit au printemps puisque de l’espoir s’est installé: le renne a sauvé le lapin, il va donc sans doute aussi être généreux et hospitalier avec l’animal suivant qui frappera à sa porte. La bonté du cerf crée l’union entre les autres personnages. Dans le terrain neutre qu’est la maison du cerf, lapin, renard, chien et chasseur vont apprendre à se connaître et cesser de se haïr, de se faire peur et de se menacer. Le cerf fait donc figure d’animal sage, sensé et pacificateur. Son comportement encourage les enfants à se montrer ouverts aux autres et à apprendre à les connaître avant de les juger ou de les craindre. Un livre beau et poétique.

Nous avons revu Le vrai spectacle de Joris Lacoste !
Palais de Tokyo, l’Entre-Ouverture, the place to be
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *