Livres
Je voulais te dire de Louisa Young

Je voulais te dire de Louisa Young

04 juin 2012 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

Traduit de l’anglais par Françoise Jaouën

Deux jeunes londoniens, Riley et Nadine ont grandi presque ensemble, rapprochés par leur passion commune pour la peinture, bien que venant de milieux sociaux différents. Devenu adulte, Riley, désespéré de ne pas être considéré par les parents de Nadine comme un époux digne pour leur fille, s’engage pour combattre en France. La jeune fille de son côté devient infirmière et tous deux poursuivent leur relation par correspondance. Mais au retour de la guerre, Riley n’est plus le même homme et doute que son aimée puisse vouloir encore de lui…

Louisa Young a été journaliste avant de se tourner vers la littérature. Elle a écrit plusieurs livres pour adultes et pour la jeunesse dont la fameuse trilogie Lion Boy, qu’elle a fait paraître sous le nom de plume de Zizou Corder et qu’elle a coécrit avec sa  fille. Je voulais te dire est son premier roman pour adultes à être traduit en français, il a été nominé au Royaume-Uni pour les prix Wellcome et Costa, immense succès déjà reédité en poche, il fait attendre avec grande impatience les prochains livres de l’auteur et la traduction en français de ses autres ouvrages.

Ce drame flamboyant n’a rien à envier aux plus célèbres du genre. Il a en commun avec A l’ouest rien de nouveau d’Erich Maria Remarque de montrer toute l’absurdité et l’horreur de la guerre. Il nous fait également penser à une autre œuvre fameuse ayant pour toile de fond la première guerre mondiale: Le porteur de destins de Gilbert Bordes où un jeune homme ayant perdu un bras pendant les combats voit sa vie basculer et devient facteur. Si les deux romans cités ont pour personnages principaux l’un un soldat allemand et l’autre un soldat français, Louisa Young élargit notre point de vue sur cette terrible guerre en traitant le sujet avec des héros anglais. L’action de Je voulais te dire nous est racontée suivant cinq points de vue différents: Riley, un de ses supérieurs hiérarchiques, le major Locke, la femme de ce dernier, Julia, une de leurs proches, Rose, infirmière ainsi que Nadine, infirmière et amoureuse de Riley. La richesse et la clarté avec laquelle les faits sont narrés et les sentiments des personnages rendus nous permet de plonger aisément dans ce roman dont le suspense terrible nous fait ne pas le quitter avant de l’avoir terminé: les personnages vont-ils s’en sortir vivants? Comment la guerre les change t’ils physiquement et psychologiquement? Louisa Young aborde la question avec humanité mais sans tabous: elle ne nous cache rien de l’horreur des combats, des terribles opérations et souffrances qui en résultent pour les blessés et pour ceux qui ont charge de ces derniers. Nous mesurons toute l’ampleur incommensurable du traumatisme de ceux qui vivent la guerre mais aussi leur héroïsme, la patience des médecins qui font l’impossible pour guérir, réparer les visages et les corps fracturés. Un livre pacifiste qui décrit toute l’abomination de la guerre pour que celle- ci ne se produise jamais plus mais aussi une très belle histoire d’amour, d’amitié et un grand hymne à la vie.

A l’occasion de la parution de ce best-seller anglais, une soirée est organisée par les éditions Baker Street le 6 juin à 19h dans le Salon d’honneur de la Fondation des « Gueules Cassées ». Elle sera animée par Jean Lebrun, historien et journaliste à France Inter et se déroulera en présence de l’auteur du livre, Louisa Young, du professeur Bernard Devauchelle et de l’historienne Annette Becker. A cette occasion, le comédien Jérôme Kircher lira des extraits du roman de Louisa Young.

Nouvelles Apparitions, un week-end d’art autour des vierges pop de Soasig Chamaillard à l’hôtel de la Monnaie
Les assises internationales du roman : échanges littéraires à Lyon
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *