Livres

Je n’emporte rien du monde : Clémence Boulouque sur les traces de son adolescence

25 décembre 2012 | PAR Yaël Hirsch

Après son enfance bouleversée,  (« Mort d’un silence », 2007) et son nouveau départ new-yorkais (« L’amour et des poussières« , 2011), Clémence Boulouque continue à creuser avec grâce la veine autobiographique. dans « Je n’emporte rien du monde », elle évoque le suicide de sa meilleure amie et avec cet épisode tragique, les aléas musicaux et stylistiques d’une adolescence dans les années 1990. Sortie le 10 janvier 2012.

En route pour son cours de tennis, une adolescente déjà ébranlée par la disparition de son père apprend que sa meilleure amie, Julie, a mis fin à ses jours. Comment comprendre un tel geste ?

A posteriori, la narratrice exerce le double mouvement du souvenir et de l’interrogation. Elle se souvient de ses lectures, de ses vêtements, de son ressenti d’adolescente, tous trois bien installés au début des années 1990, et se demande comment sa relation aurait évolué avec Julie si elle avait vécu. Un livre juste, où la femme  à l’orée de la maturité regarde avec tendresse et déjà un peu d’étonnement la jeune-fille qu’elle a été.

Clémence Boulouque, « Je n’emporte rien du monde », Gallimard, 96 p., 8.90 euros. Sortie le 10 janvier 2013.

« Nous sommes ceux qui restent, ceux qui demeurent – des demeurés. Les yeux des endeuillés ont l’opacité du regard qui est aussi celle des aveugles, cette fixité, rivés à ce que l’on ne voit plus, au  noir. Nous sommes les proies des fixations, celles qui diraient pourquoi. Faibles d’esprit, faibles. » p. 51-52.

Nancy Huston, star des plateaux en 2013
Les sorties cinéma de la semaine du 26 décembre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture