Fictions
« La pensionnaire du bourreau », Olivier Dutaillis offre un regard de femme sur la Révolution

« La pensionnaire du bourreau », Olivier Dutaillis offre un regard de femme sur la Révolution

23 décembre 2013 | PAR Yaël Hirsch

En cette rentrée de janvier, l’auteur de Le jour où les chiffres ont disparu est de retour chez Albin Michel avec un bon gros roman historique. Sorte de Caroline chérie plus politique et moins érotique que le livre de Cécil de Saint-Laurent, La pensionnaire du bourreau se lit avec délectation. En librairies le 2 janvier 2014.

[rating=4]

dutaillis pensionnaire du bourreau albin michelAyant fui la Vendée où son seigneur abusait sur elle du droit de cuissage alors qu’elle n’était qu’une enfant, la jeune Manon se retrouve à Paris à la veille de la Révolution. Résolue à mener une vie « moderne », mais qui suit ses critères de la vertu, elle trouve un logement à sa mesure dans la famille des bourreaux royaux, les Sanson. Et un travail comme modèle chez le peintre David, qu’elle quitte bientôt pour travailler dans un café des jardins du Palais Royal, d’où elle observe au plus près toutes les grandes étapes de la Révolution française.

Vivifiant et très documenté, ce point de vue d’une jeune femme débrouillarde et républicaine parle depuis leur centre des événements qui ont secoué la France et l’Europe de la fin du 18e siècle. Personnage attachant, Manon n’est peut être pas parfaitement crédible tant elle écrit et analyse bien la situation, mais il n’en demeure pas moins qu’on tombe sous le charme de ce personnage droit et futé, qui est un Cicérone efficace. Épais et généreux, avec pour modèle à peine voilé Michelet, le roman d’Olivier Dutaillis est un excellent spécimen du genre, qui ne tombe jamais dans le sensationnalisme et qui permet d’apprendre ou de revoir ces grandes heures de la Révolution française avec aisance.

Olivier Dutaillis, La pensionnaire du bourreau, Albin Michel, 432 p., 20 euros.

Des gants à la tenue complète, Ziener est sur toutes les pistes.
Allaitante ou élégante grâce à Bibee plus besoin de choisir
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture