Essais
Yves Roman, Marc Aurèle. L’empereur paradoxal

Yves Roman, Marc Aurèle. L’empereur paradoxal

04 août 2013 | PAR Jean-Paul Fourmont

Professeur émérite d’histoire ancienne à l’Université Lumière-Lyon II, Yves Roman est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le Haut-Empire romain, dont la biographie remarquée d’Hadrien. L’empereur virtuose, et le livre Empereurs et sénateurs. Une histoire politique de l’Empire romain. Il vient de publier Marc Aurèle. L’empereur paradoxal, récemment paru chez Payot.

[rating=5]

marc aurèleLA VOCATION DE PHILOSOPHE
A dix ans, Marc Aurèle déclara à sa mère vouloir devenir philosophe, en porter l’habit et en adopter le mode de vie, en couchant par exemple à même le sol. Si l’aristocratie romaine voyait en cette tradition un idéal de vie, les penseurs stoïciens avaient eux presque toujours combattu le pouvoir, parfois jusqu’à la mort. Marc Aurèle écrivit des Ecrits pour lui-même, sorte d’exercices spirituels. En effet, il eut une très riche éducation et une pensée féconde.

L’EMPEREUR PHILOSOPHE
Sur le plan de la justice, il veilla toujours à prendre les bonnes décisions, c’est-à-dire les décisions les plus favorables au peuple. Sur le plan religieux, sa morale n’était pas loin de celle des Chrétiens. Mais, il eut la main lourde, puisque ce fut sous son règne que Sainte Blandine fut jetée aux fauves dans l’amphithéâtre à Lyon. Elle ne fut pas la seule à faire les frais de cette intransigeance, il y eut bien d’autres martyrs. Sur le plan militaire, cet homme de paix se mua en un remarquable général pour protéger Rome des invasions germaniques et asiatiques. Il fut reconnu comme l’homme d’Etat romain par excellence, puis à sa mort il fut célébré comme une sorte de dieu.

UN HOMME A PARADOXE
Il faut notamment recourir à l’ouvrage Emile ou de l’éducation de Rousseau pour le comprendre plus finement. Autrefois, Rousseau affirmait en effet « pardonnez-moi mes paradoxes, il en faut faire, quand on réfléchit… j’aime mieux être homme à paradoxe, qu’homme à préjugé ». Marc Aurèle était semblable. Il fit tout évoluer dans l’Empire romain. Cependant, il y a un « mais », et il est de taille : les esclaves le restèrent et les clameurs bestiales de la foule continuèrent dans les arènes.

Avec ce bel ouvrage, Yves Roman réussit brillamment à faire partager son amour pour Marc Aurèle et son érudition. La vie d’un empereur philosophe n’est pas banale, loin s’en faut. Il nous plonge en quelque sorte dans les doutes d’un dirigeant devant faire face à la raison d’Etat. Ce destin devrait être médité par les hommes politiques qui accèdent aux responsabilités. En effet, l’histoire passée enseigne qu’il y a souvent, hélas, un décalage entre les promesses d’un homme politique pour accéder au pouvoir et l’exercice dudit pouvoir.

Yves Roman, « Marc Aurèle. L’empereur paradoxal », Payot, 2013, 493 p., 27,50 euros.

L’ambition, portrait d’un jeune homme de la génération Y par Iegor Gran
Le soleil à mes pieds : deux soeurs très liées par Delphine Bertholon
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *