« Sex and the series », la sexualité sur petit écran décryptée par Iris Brey 

31 octobre 2018 Par
Marine Stisi
| 0 commentaires

Le 31 octobre 2018, les Editions de l’Olivier accroissent leur collection Les Feux en publiant une version approfondie et mise à jour de Sex and the series, un essai d’Iris Brey donnant à voir (et à analyser) la sexualité féminine dans les séries américaines. Passionnant. 

Depuis les années 90, la série télé s’est confectionnée une place de choix dans les foyers du monde entier. Plus dernièrement, depuis l’avènement de sites comme Netflix ou OCS notamment, la série est le doudou de nos dimanches soirs et de nos soirées d’hiver. Les séries se consomment à une vitesse frôlement l’indigestion (l’apparition de terme tel que « binge-watching », regarder une série d’une traite ou en très peu de temps, en est le plus clair témoin) par certains, se délectent avec un plaisir non dissimulé pour d’autres.

En tout cas, une chose est certaine : la série se réinvente sans cesse. Une multiplication des scénaristes et des réalisateurs.trices offre la possibilité d’une qualité évidente, d’une remise en question perpétuelle pour satisfaire l’audimat mais aussi, pour questionner avec pertinence la société et l’actualité. En 2018, qu’en est-il du sexe sur écran, un an après l’avènement du mouvement #MeToo ? Comment traite-t-on sur petit écran la question du plaisir féminin, à l’heure où la question du consentement est devenue primordiale, ou la femme, enfin, semble avoir son mot à dire en matière de sexe, d’orgasme, de désir ?

Ne couvrez plus ce sein, que je puisse le voir 

Loin derrière nous, le temps où le moindre téton provoquait choc et consternation chez les spectateurs. D’ailleurs en réalité, la sexualité a toujours été partie prenante de l’équation « série télé ». Cependant, l’idée d’une sexualité diverse, multiple et surtout, féminine, est une idée assez récente. Que le point de vue adopté ne soit pas systématiquement celui d’un homme hétérosexuel désirant une femme répondant aux stéréotypes de séduction et de désir (le fameux « male gaze ») était inédit mais commence à se démocratiser.

C’est ainsi la question que la journaliste franco-américaine Iris Brey s’est posée : comment représente-t-on la sexualité ? En 2015, elle publie une première version de son essai Sex and the series (avant d’en créer une série de documentaires), aujourd’hui retravaillée, amplifiée et rééditée par les Editions de l’Olivier, tant des séries telles que Girls, Masters of Sex, I love Dick ou encore Transparent ou Orange is the New Black ont modifié notre vision de la chose et redéfinissent la vision de nos sexualités et la diffusion de nos diversités.

Alors, quelles réalisatrices ou showrunneuses tentent de changer la donne ? Quelles actrices se battent pour une plus grande fluidité dans la sexualité de leur personnage ? Comment sont traitées les violences ? Quelle place possède aujourd’hui la communauté LGBT+ et comment les séries filment-elles et représentent-elles les orgasmes féminins ? A lire maintenant, avant de vous brancher tout l’hiver sur Netflix, histoire de visionner tout ce dont Iris Brey vous aura parlé.

Pour aller plus loin : regarder la série documentaire Sex and the series, diffusée sur OCS et réalisée par Iris Brey elle-même.

Iris Brey, Sex and the series, Editions de l’Olivier, 272 pages, 16€.
Date de publication : 31 octobre 2018
Visuel : ©DR